Niger : une rançon de 20 millions d'euros versée selon Le Monde, la France dément cette information | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Niger : une rançon de 20 millions d'euros versée selon Le Monde, la France dément cette information
©

Libération

Niger : une rançon de 20 millions d'euros versée selon Le Monde, la France dément cette information

Interrogé mercredi au 20h de TF1 sur une rançon payée par de l'argent "privé", Laurent Fabius a répondu : "pas d'argent public versé".

[Mis à jour mercredi 30 octobre à 21h05]

"La France ne verse pas de rançon." C'est le message que s'emploie à diffuser l'entourage de François Hollande, ce mercredi, au lendemain de la libération des quatre otages d'Arlit, au Niger. Le Monde affirme pourtant le contraire, annonçant le versement d'une somme de plus de 20 millions d'euros. Selon une source française citée par le quotidien, des membres de la DGSE ont remis l'argent - prélevé sur les fonds secrets alloués aux services de renseignement - aux membres du convoi, la veille de leur départ de Kidal, une petite ville au cœur du Sahel.

"La France 'n'a pas changé' sa politique de non paiement de rançons", a déclaré la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem. "Je vous ramène aux propos du ministre en charge de la Défense", a-t-elle ajouté. Mardi, Jean-Yves Le Drian avait en effet déjà affirmé qu'aucune rançon n'avait été versée pour libérer les quatre Français enlevés en septembre 2010. Interrogé mercredi au 20h de TF1 sur une rançon payée par de l'argent "privé", le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a répondu : "pas d'argent public versé".

Les quatre anciens otages sont rentrés en France ce matin. Ils ont atterri à Villacoublay, dans les Yvelines, où François Hollande les attendait.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !