Nicolas Sarkozy laisse 24 heures à Nadine Morano pour exprimer des regrets et conserver son investiture aux régionales | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy laisse 24 heures à Nadine Morano pour exprimer des regrets et conserver son investiture aux régionales
©Reuters

Tic tac

Nicolas Sarkozy laisse 24 heures à Nadine Morano pour exprimer des regrets et conserver son investiture aux régionales

La Commission nationale d'investitures des Républicains doit se réunir le 7 octobre prochain pour décider du sort de l'eurodéputée.

Lorsqu'elle déclara que la France était "un pays de race blanche" sur le plateau de On n'est pas couché, Nadine Morano mesura sans doute mal la portée de ses propos et la tornade médiatique qui allait s'abattre sur elle. Depuis 10 jours pourtant, l'eurodéputée n'a de cesse de réitérer ses propos et se refuse à exprimer des regrets, allant jusqu'à mettre son investiture aux régionales en danger. Mais conscient du soutien que représente Nadine Morano pour lui, Nicolas Sarkozy a décidé de lui laisser une dernière chance de s'excuser. "Si tu exprimes tes regrets, la situation sera reconsidérée par la CNI", lui aurait promis l'ancien chef de l'Etat, selon des sources concordantes citées par l'Express.

Malgré ces propos polémiques qu'il a largement condamnés, le président des Républicains a donc choisi de laisser la possibilité à Nadine Morano de sauver son investiture aux régionales en Meurthe-et-Moselle. Une perche que la députée européenne n'est cependant pas décidée à saisir, puisqu'elle se refusait à présenter ses excuses lors du Bureau politique ce mardi. Nadine Morano bénéficie d'un délai de 24 heures pour changer d'avis, la Commission nationale d'investitures des Républicains devant se réunir mercredi soir pour décider de son sort.

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !