Nicolas Sarkozy exprime ses craintes sur la "disparition de l'Occident" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy exprime ses craintes sur la "disparition de l'Occident"
©GUILLAUME SOUVANT / AFP

Inquiétudes et projets d'avenir

Nicolas Sarkozy exprime ses craintes sur la "disparition de l'Occident"

Lors d'un discours prononcé le vendredi 3 mai, l’ancien président de la République a mis en garde contre "une forme de disparition de l’Occident". Il a également critiqué les normes et les obstructions qui asphyxient la France selon lui.

Selon des informations de BFMTV et du Huffington Post, Nicolas Sarkozy a porté un regard inquiet sur la civilisation occidentale, en marge d’un discours sur l’architecture et le Grand Paris prononcé le vendredi 3 mai à la biennale de Versailles. 

Récusant l'étiquette de "décliniste", l'ancien président s'est alarmé, en marge d'un discours sur l’architecture, de voir "l’axe du monde" basculer du côté oriental.

BFMTV a diffusé des extraits du discours de Nicolas Sarkozy :

"Je ne veux pas cacher mon inquiétude sur une forme de disparition de l’Occident dans l’état du monde. Pendant des siècles, l’axe du monde était occidental. Ce n’est pas être un décliniste que de dire que l’axe du monde est aujourd’hui oriental. Et si on ne le voit pas aujourd’hui, c’est qu’on ne veut rien voir". 

L’ancien président de la République a également pris l’exemple des contraintes architecturales qui pèsent sur la France pour mettre en garde contre le risque de ce "déclin".

"La moitié de mon temps, je suis à l’étranger. Je ne peux me résoudre à y voir partout des grues, des chantiers, des métros fantastiques, des musées, et puis revenir ici, où on me dit: "On a renoncé à ça parce qu’il y avait le crapaud doré"". 

Il a donc souhaité dénoncer les normes environnementales et les freins aux projets de constructions dans le pays.

Lors de ce discours, Nicolas Sarkozy a évoqué le projet de reconstruction de Notre-Dame de Paris.  Il souhaite qu'Emmanuel Macron "booste, casse les résistances, entraîne. Aujourd’hui, si quelqu’un avait l’idée de faire la tour Eiffel, vous verriez les associations, ce qu’elles viendraient dire…".

BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !