Nicolas Sarkozy évoque le bilan des trois ans de présidence de François Hollande : "il a tant promis et au final si peu tenu" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy évoque le bilan des trois ans de présidence de François Hollande : "il a tant promis et au final si peu tenu"
©Reuters

Joyeux anniversaire !

Nicolas Sarkozy évoque le bilan des trois ans de présidence de François Hollande : "il a tant promis et au final si peu tenu"

Dans un entretien au Figaro du mercredi 6 mai, l'ancien chef de l'Etat défend les valeurs des Républicains, sa nouvelle formation politique.

L'interview de l'ancien chef de l'Etat arrive à point nommé, trois ans après l'élection de François Hollande. Evidemment, Nicolas Sarkozy se fait un plaisir de dénoncer le bilan du président français élu en 2012 : "Il a déjà battu tous les records en promesses non tenues. De mémoire de citoyens, jamais la France n'avait été si profondément trompée. L'échec le plus flagrant est celui du chômage (...). Il a tant promis et au final si peu tenu. Trois années de tromperies. Quel triste anniversaire."

Puis, Nicolas Sarkozy revient sur son futur, son parti et le nouveau nom qu'il a souhaité lui donner. Il s'explique :  "'Les Républicains' portent une promesse et incarneront notre ligne politique. Je ne voulais pas d'acronymes qui sont répétés mécaniquement et finissent par ne plus rien signifier." Et de poursuivre : "La République ne doit plus reculer. 'Les Républicains' en feront leur premier combat."

Dans Le Figaro de ce mercredi 6 mai, il y va aussi de sa charge contre la réforme du collège de Najat Vallaud-Belkacem : "Il y aurait tant de choses à dire sur cette réforme, sans doute la plus détestable de la longue liste des réformes inutiles que nous avons connues depuis trois ans."

 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !