Nicolas Sarkozy estime que "l'immigration menace notre façon de vivre" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy avait des accents de 2012 mardi soir à Nice
Nicolas Sarkozy avait des accents de 2012 mardi soir à Nice
©Reuters

Droit dans ses bottes

Nicolas Sarkozy estime que "l'immigration menace notre façon de vivre"

L'ex-président a expliqué mardi soir à Nice que "les Français veulent rester en France" et "que la France ne ressemble pas à un autre pays".

Nicolas Sarkozy a fait un tabac mardi soir à Nice. Lors de son meeting devant plus de 3 000 personnes, le candidat à la présidence de l'UMP a largement critiqué François Hollande, a rassuré sur la tenue de la primaire en 2016 et a parlé d'immigration. 

A LIRE AUSSI - Nicolas Sarkozy à Nice : "François Hollande, lorsqu'il regarde les Français, il regarde une clientèle"

Pour la première fois depuis son retour, l'ancien président de la République a prononcé un discours jugé par certains de ses proches "très à droite". "Il voulait aborder cette thématique très librement" a indiqué un proche au sortir de son meeting. Et il a en effet parlé d'immigration sans détour. Pour lui, "l'mmigration menace notre façon de vivre".

"Les Français veulent rester en France, que la France ne ressemble pas à un autre pays. Nous voulons bien accueillir les autres, mais nous ne voulons pas changer notre pays" a-t-il indiqué avant d'ajouter : "nos valeurs doivent être défendues, face à un islamisme fanatisé qui rêve de semer la terreur en Occident". Prenant divers exemples, il a expliqué que "nous sommes dans un pays qui a ses traditions" et qu'il "faut les respecter et éviter de choquer". 

Pour Nicolas Sarkozy, "la religion doit rester à la maison" et les cantines scolaires doivent proposer "le même menu" pour tous les enfants. Et à ceux qui lui reprochent d'aborder franchement la question, le message est clair : "refuser le débat sur la question de l'immigration, c'est encourager les peurs". Un discours aux airs de 2012.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !