Nicolas Sarkozy en marge du Swiss Economic Forum : "On n'échappe pas à son destin" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy en marge du Swiss Economic Forum : "On n'échappe pas à son destin"
©

Suspens haletant

Nicolas Sarkozy en marge du Swiss Economic Forum : "On n'échappe pas à son destin"

Nicolas Sarkozy était en Normandie pour les célébrations des 70 ans du Débarquement. Interrogé par France 2 sur ses ambitions, il s'est montré beaucoup plus réservé.

Nicolas Sarkozy n'a pas souhaité évoquer son retour en politique lors des cérémonies du D-Day. Pourtant, plus tôt dans la matinée de ce vendredi,  l'ancien chef de l'État a été un peu moins évasif sur ses intentions.

"Je vais être obligé d'y aller", confiait Nicolas Sarkozy la semaine dernière à un cercle d'intimes, après la démission forcée de Jean-François Copé de la tête de l'UMP. Ce vendredi, l'ancien chef de l'État a lâché, en public, cette fois-ci, une phrase tout aussi signifiante sur ses intentions de retour. "On n'échappe pas à son destin", a-t-il assuré en marge du Swiss Economic Forum (SEF), une sorte de mini-Davos qui réunissait entrepreneurs, scientifiques et personnalités politiques à Interlaken, dans le canton de Berne.

Quelques heures plus tard, Nicolas Sarkozy était en Normandie pour les célébrations des 70 ans du Débarquement. Interrogé par France 2 sur ses ambitions, il s'est montré beaucoup plus réservé. "Franchement, c'est tout ce que vous avez retenu de la cérémonie ? C'est très important ce que nous avons fait cette après-midi. Nous avons commémoré un souvenir pour que plus jamais nos enfants ne connaissent ça". Et d'ajouter: "La politique n'a pas sa place là".

Par ailleurs, on se souvient de la petite phrase de Carla Bruni il y a quelques semaines lors du célèbre talk-show américain d’ Ellen DeGeneres, on lui a posé la question  : "Souhaitez-vous que votre mari soit candidat (en 2017) ? ". "En tant que femme, non, je ne le souhaite pas, en tant que citoyenne, oui. Je veux qu’il soit heureux et je prends soin de mon pays", avait-elle ajouté. L'étau se resserre ? 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !