Nicolas Sarkozy coûtera près de 2 millions d'euros par an au contribuable | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Nicolas Sarkozy coûtera près de 2 millions d'euros par an au contribuable
©

Grande vie

Nicolas Sarkozy coûtera près de 2 millions d'euros par an au contribuable

Les anciens présidents de la République française ont droit à de nombreux avantages au frais de l’État.

Les anciens présidents de la République française n’ont pas trop à se plaindre. Nicolas Sarkozy, qui quittera ses fonctions ce mardi, bénéficiera de nombreux avantages à vie, tout comme Jacques Chirac et Valéry Giscard d’Estaing. C’est Laurent Fabius, alors Premier ministre de François Mitterrand, qui avait institué ce principe et qui coûte la bagatelle d’environ 2 millions d’euros par an et par président, à la charge du contribuable.

Le député PS de l’Aisne, René Dosière, auteur de l'ouvrage "L’argent et l’Etat", a listé ces avantages pour Sudouest.fr, et qui ne possèdent comme fondement juridique qu’une simple lettre de Laurent Fabius à VGE.

Par exemple, chaque ancien président de la république a droit à un appartement de fonction avec personnel, sept collaborateurs (du directeur de cabinet à la secrétaire), une voiture de fonction avec deux chauffeurs, une escorte de deux à trois policiers, des voyages gratuits en première classe (quel que soit le mode de transport), être accueilli comme un chef d'Etat en exercice par les représentations françaises à l'étranger, et même 6 000 euros de revenu mensuel, qui peuvent atteindre 18 000 euros s’il décide de siéger au conseil constitutionnel !

Mais pour ce dernier avantage, il sera sûrement le dernier à en bénéficier, car François Hollande a déclaré qu’il ne voulait plus que les anciens présidents siègent au Conseil constitutionnel.

Lu sur Sud Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !