Nicolas Sarkozy a été "irrespectueux" lors de son passage en Suisse, selon Adolf Ogi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Nicolas Sarkozy a été "irrespectueux" lors de son passage en Suisse, selon Adolf Ogi
©

Clash

Nicolas Sarkozy a été "irrespectueux" lors de son passage en Suisse, selon Adolf Ogi

Invité d'honneur lors du Suiss Economic Forum ce vendredi, Nicolas Sarkozy aurait "kidnappé" la conversation et transformé un débat en "one-man-show", selon l'ancien président suisse.

L'ancien président helvétique, Adolf Ogi, a nettement critiqué l'attitude de l'ancien président français ce lundi, dans une interview accordée au quotidien suisse Le Matin"Nicolas Sarkozy a fait son numéro. Il a plu, par sa rhétorique, ses mimiques. Il s'est imposé, donnant le spectacle qu'il voulait donner. Mais le pauvre journaliste n'a pas su poser ses questions. Je commençais à voir le problème arriver", déclare-t-il au journal.

L'ancien président français aurait commencé par remettre en question le système politique suisse. Tout d'abord, en estimant que le pays devait faire son entrée dans l’Union européenne. Ensuite, en affirmant qu’un pays ne pouvait pas être gouverné par un président différent chaque année. Ou que le système suisse, doté de sept conseillers fédéraux, n'était pas assez efficace.

"Il est allé trop loin. Il fallait dire stop. Je l’ai interrompu", explique Adolf Ogi. L'ex-président suisse a en effet repris la parole, en précisant à Nicolas Sarkozy que le débat devait se dérouler sur un "pied d'égalité". "Si une personne se montre irrespectueuse envers notre pays, je ne laisse pas passer. C’était le cas lorsque j’étais au Conseil fédéral. C’est toujours le cas aujourd’hui. Et ce le sera demain". Avant de poursuivre : "j’ai toujours exigé de mes interlocuteurs – y compris les plus puissants – le même respect que je leur accordais. Oui, la Suisse ne doit jamais se laisser marcher sur les pieds. Nous devons discuter d’égal à égal avec tout le monde", conclut-il. 

lu sur lematin

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !