Nicolas Sarkozy a été battu en 2012 "parce que le charme était rompu" affirme François Fillon | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy a été battu en 2012  "parce que le charme était rompu" affirme François Fillon
©Reuters

Déclaration

Nicolas Sarkozy a été battu en 2012 "parce que le charme était rompu" affirme François Fillon

L'Express dévoile certains extraits du prochain livre de l'ancien Premier ministre et notamment ses relations (pas tendres) avec Nicolas Sarkozy.

Les deux sont devenus de sérieux rivaux. Et si François Fillon peine à sortir la tête des sondages à droite, cela ne l'empêche pas de critiquer le patron des Républicains, dans son nouveau livre "Faire" (aux éditions Albin Michel) à paraître le 21 septembre et dont l'Express a eu accès en exclusivité.

Celui qui rappelle avoir donné deux fois sa démission lorsqu'il occupait Matignon (sans succès) évoque un Nicolas Sarkozy obsédé par son image. "Il lui répugnait de ne pas être aimé" analyse François Fillon. "Cela fit de lui un extraordinaire combattant, mais un homme d'Etat vulnérable aux humeurs de l'opinion. Je suis moins malléable, moins perméable. Mon énergie entretient ma ténacité, me rend plus indifférent à l'écume des choses, à l'air du temps; la sienne appelle l'immédiateté, aspire à la séduction dans l'instant." Et à propos de l'interdiction totale des OGM, pas plus de tendresse : "Ce qui importait à Nicolas Sarkozy, c'était de démontrer sa capacité à rassembler des forces dont les idées - et les intérêts - divergeaient. Le court terme passait avant le long terme."

Et si la victoire lui a échappé en 2012, c'est tout simplement parce que "le charme était rompu," à en croire François Fillon. Nicolas Sarkozy "avait cru devoir se forger un personnage de plébéien teigneux (...) dans lequel il s'est probablement trop enfermé".

Lu sur l'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !