Nicolas Sarkozy : "supprimer entre 300.000 et 350.000 postes de fonctionnaires" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy : "supprimer entre 300.000 et 350.000 postes de fonctionnaires"
©Reuters

Tailler dans le gras

Nicolas Sarkozy : "supprimer entre 300.000 et 350.000 postes de fonctionnaires"

Le président des Républicains a donné quelques pistes des réformes qu’il souhaiterait faire dans la fonction publique.

Les fonctionnaires n’ont pas vraiment le vent en poupe, en ce moment. La journée de grève organisée dans les transports a fait, une nouvelle fois monter les critiques contre la fonction publique. Nicolas Sarkozy en a donc profité pour exposer ses mesures chocs. A commencer par une suppression importante des postes de fonctionnaires : ‘’entre 300.000 et 350.000’’ au cours d’un quinquennat a-t-il promis, lors d'une "journée de travail sur la fonction publique et la réforme de l'Etat" organisée mercredi au siège du parti des Républicains. "Et ce n'est pas une mince affaire" souligne-t-il. Il souhaite en premier lieu, "recommencer le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite à l'exception des services de sécurité" et inscrire ce principe dans la Constitution, pour l’imposer à toutes les collectivités. Dans une interview au Monde, il assure que cette suppression de postes représenterait un gain de 7 milliards d’euros.

Côté retraite, le patron de l’opposition veut "faire converger le public et le privé. 63 ans dès 2020, 64 ans dès 2025" affirme-t-il. "Nous ne pouvons pas accepter les différences de traitement entre le secteur public et privé, c'est une question de cohésion nationale".  Il s’agit aussi d’aligner le mode de calcul des pensions, des jours de congés…

De plus, il souhaite "augmenter le temps de travail des fonctionnaires" notamment le temps de présence des enseignants de 25%. Enfin, il réclame ‘’la fin de l’impunité’’ pour ‘’les fonctionnaires qui ne font pas bien leur travail.’’ Et de conclure : ‘’Ça veut pas dire que c'est suffisant, mais ça veut dire que personne ni à gauche ni à droite ne l'avait fait avant.’’

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !