Nicolas Sarkozy : "Je ne voterai pas pour le Front national" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy : "Je ne voterai pas pour le Front national"
©France 2

Au charbon

Nicolas Sarkozy : "Je ne voterai pas pour le Front national"

Le candidat à la primaire de la droite et du centre était l'invité de RMC ce jeudi matin.

Alors que les sondages le placent chaque jour perdant face à Alain Juppé, Nicolas Sarkozy était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce matin. Le candidat à la primaire de la droite et du centre a évoqué plusieurs sujets d’actualités et ses ambitions. Alors que le démantèlement de la jungle de Calais a commencé ce lundi et se poursuit à l’heure actuelle, Nicolas Sarkozy a fustigé l’action du gouvernement. "Je ne comprends pas ce que fait ce gouvernement. J'ai l'expérience de ces questions car j'ai évacué le camp de Sangatte. On confond réfugiés de guerre et réfugiés politique". Le candidat demande l'expulsion des réfugiés. "Aucun des migrants de la jungle n'a été raccompagné à la frontière."

Interrogé sur la grogne des policiers, Nicolas Sarkozy s'est dit favorable à la légitime défense, dont les policiers souhaitent un élargissement, souhaitant "qu'on ne mette pas sur le même plan les policiers et les délinquants" L'ancien président de la République a également évoqué la question du voile et du burkini, qui a fait polémique cet été sur les plages. "Nous ne voulons pas de burkini, c'est une vision de la femme moyenâgeuse "En France, le corps de la femme c'est pas le diable. Si la République ne met pas une barrière, demain toutes les petites musulmanes seront obligées de porter le voile."

Concernant ses déboires avec la justice, l’ancien chef de l’Etat clamé une fois de plus son innocence dans l'affaire Bygmalion. "Je n'ai rien à voir avec les agissements de Bygmalion, sans quoi j'aurais été mis en examen", a-t-il ajouté. Mon casier judiciaire est toujours vierge. Je ne suis mis en examen que pour un seul motif: dépassement de mes comptes de campagne, pour lequel j'ai déjà été sanctionné. Qui me rendra, mon honneur sur l'affaire Bettencourt? Pendant des mois, j'ai été accusé d'avoir abusé d'une vieille dame. Sur cette affaire Bygmalion, j'ai été examiné dans tous les sens, j'ai donné toutes les justifications, j'ai été lavé de tout soupçon."

Quatre ans après avoir déclaré sur RMC qu'il arrêterait la politique en cas de défaite à la présidentielle, Nicolas Sarkozy a refusé de répondre à la même question en cas de défaite à la primaire, remettant sa décision à après le scrutin. "J'ai arrêté la politique, monsieur Bourdin. Pendant deux ans et demi, j'ai fait autre chose. J'avais tourné la page très sincèrement. Mais que s'est-il passé ? A cette époque, ceux qui avaient été mes ministres se sont débrouillés pour que notre formation politique s'effondre. Vous me posez la même question aujourd'hui, je serai plus prudent quant à ma réponse."

A la question de savoir pour qui il voterait dans l’hypothèse d’un second tour Hollande-Le Pen, il a martelé. "Je ne voterai pas pour le Front national". Relancé, il consent qu’il voterait pour François Hollande, mais "pas de gaieté de cœur".

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !