Pour le New York Times, les talk shows français sont trop sérieux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Pour le New York Times, les talk shows français sont trop sérieux
©

Paroles, paroles !

Pour le New York Times, les talk shows français sont trop sérieux

Le quotidien américain analyse le goût français pour ce genre d'émissions télévisuelles, très présentes sur les ondes en cette période de campagne électorale.

Dans un article, le quotidien américain New York Times fait le tour des talk shows français, et s'amuse de la débauche d'organisation les concernant. Il prend pour exemple "Ce soir ou jamais", sur France 3, avec sa "petite armée de coiffeurs et de maquilleurs". Il fait remarquer qu'aux Etats-Unis, le maquillage n'est fourni que dans les émissions les plus importantes.

De "C'est dans l'air" à "On n'est pas couché", en passant par "Langue de bois s'abstenir", "28 minutes" ou l'antique "Apostrophes", le quotidien décortique la recette des talk shows français. Il considère que le débat d'idées a fait partie de l'identité nationale française pendant des siècles et que les intellectuels jouissent d'un statut particulier dans notre société. Ce qui explique la place prédominante de ces émissions à la télévision, qu'elles soient très sérieuses ou plus légères, surtout à la veille de l'élection présidentielle.

Le New York Times remarque que l'intimidation est souvent de mise dans ces émissions, mais que la combativité et le degré de politesse dépend du style de l'émission. Pour lui, "C'est dans l'air" semble venir d'une autre ère, avec son style très sérieux et ses invités, des hommes blancs de plus de 50 ans avec des positions, selon lui, très convenues.

Pour illustrer le tout, le quotidien utilise une déclaration de Philippe Labro: "Pour vous, les Américains, le sport national est le football. Pour nous, les Français, c'est la discussion. Nous parlons, nous critiquons, nous nous disputons. Nous vous demandons de vous livrer, puis nous tentons de vous détruire".

Lu sur le New York Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !