Népal : nouveau séisme de magnitude 7,4, les Français recherchés sur place | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Népal : nouveau séisme de magnitude 7,4, les Français recherchés sur place
©

La loi des séries

Népal : nouveau séisme de magnitude 7,4, les Français recherchés sur place

L'épicentre du tremblement de terre aurait été ressenti à 83 kilomètres à l'est de Katmandou. Le Quai d’Orsay a ouvert une cellule de crise et activé un numéro d’urgence, le 01 43 17 56 46.

Nouveau coup dur pour le Népal. Un violent séisme de magnitude 7,4 sur l'échelle de Richter a secoué le pays ce mardi. L'épicentre du tremblement de terre aurait été ressenti à 83 kilomètres à l'est de Katmandou et à 68 kilomètres à l'ouest de Namche Bazar, près du camp de base du mont Everest, à seulement 19 kilomètres de profondeur. Le séisme a été ressenti jusqu'en Inde selon l'institut de veille géologique américain USGS.

Si le premier bilan très provisoire, faisant état d'une vingtaine de morts, il s'aloiurdit malheureusement d'huer en heure. Au moins 42 personnes auraient été tuées dans ce nouveau séisme, et 1 117 autres blessées, selon un bilan révélé en début d’après-midi par l'agence de gestion des catastrophes népalaise. Quatre personnes au moins sont mortes dans la ville de Chautara, au centre du Népal, où des immeubles se sont effondrés. 

Le Quai d’Orsay a ouvert une cellule de crise et activé un numéro d’urgence, le 01 43 17 56 46. "Notre ambassade à Katmandou et le centre de crise à Paris effectuent actuellement, en lien avec les autorités locales et les tours-opérateurs, un décompte des ressortissants français susceptibles d'être sur place", a précisé le porte-parole du ministère des affaires étrangères.

Le 25 avril, un tremblement de terre de magnitude 7,8 avait détruit le Népal faisant plus de 8 000 morts et plus de 17 800 blessés. 10 Français sont officiellement morts dans ce séisme mais une quinzaine sont toujours disparus.

Et au milieu du chaos, une naissance, tel un nouvel espoir : 

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !