Nairobi : le président kényan annonce la fin du siège | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Nairobi : le président kényan annonce la fin du siège
©

C'est fini

Nairobi : le président kényan annonce la fin du siège

Selon les Shebab, aucune femme ne serait impliquée dans l'attaque.

Le président kényan a annoncé en fin d'après-midi la fin du siège du centre commercial Westgate de Nairobi. Selon lui, son pays a "défait" les assaillants et les a "humiliés". Le chef de l'Etat avance un bilan de 61 civils, 6 policiers et 5 assaillants tués au cours de l'assaut. Il n'a, en revanche, pas été en mesure de confirmer les informations selon lesquelles des Américains et une femme britannique faisaient partie du commando terroriste.

Uhuru Kenyatta, qui a décrété trois jours de deuil national à partir du 25 septembre, a annoncé la présence en détention de "onze suspects". Trois étages du Westgate Mall, où un violent incendie s'était déclaré lundi 23 septembre, se sont par ailleurs effondrés et des corps y sont actuellement pris au piège

Plus tôt dans la journée, un porte-parole des insurgés islamistes somaliens shebab a menacé le Kenya de nouvelles attaques s'il ne retire pas ses troupes de Somalie où elles combattent les rebelles depuis 2011. "Nous lançons un avertissement au gouvernement kényan et à tous ceux qui le soutiennent : s'ils veulent la paix, qu'ils quittent notre territoire (...). Sinon sachez qu'il ne s'agira que d'un avant-goût de ce que nous allons faire à l'avenir", déclare le porte-parole des Shebab, Sheikh Ali Mohamud Rage, dans un enregistrement diffusé sur Internet.

Les insurgés islamistes somaliens ont par ailleurs affirmé qu'aucune femme n'avait été impliquée dans l'opération, démentant des rumeurs persistantes depuis samedi dernier.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !