Muzz, une application de rencontres musulmanes, propose de payer les amendes pour le port du burkini | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Religion
L'application de rencontres Muzz a offert de prendre en charge les amendes pour port du burkini en France.
L'application de rencontres Muzz a offert de prendre en charge les amendes pour port du burkini en France.
©SAEED KHAN / AFP

Législation

Muzz, une application de rencontres musulmanes, propose de payer les amendes pour le port du burkini

L'application Muzz a proposé de payer les amendes pour les femmes qui souhaitent porter le burkini. Le cabinet de Gérald Darmanin a annoncé que le ministre de l'Intérieur avait saisi la justice.

L'application de rencontres entre musulmans Muzz a offert de prendre en charge les amendes pour port interdit du burkini en France. Cette initiative est dénoncée par le ministère de l'Intérieur qui a décidé de saisir la justice, selon des informations du Figaro

Selon le site de rencontres, « beaucoup de femmes musulmanes devront faire un choix injuste - échapper à la canicule en nageant en bikini, ou payer une amende pour avoir choisi une tenue modeste. C'est injuste ».

Cette initiative rappelle celle de l'entrepreneur algérien Rachid Nekkaz, qui dans les années 2010 a revendiqué avoir payé plusieurs centaines d'amendes pour port du voile intégral à travers l’Hexagone. 

Actuellement, le burkini est interdit dans les piscines publiques, et sur certaines plages, comme peuvent en décider les maires, en fonction d'impératifs de sécurité ou d'éventuels troubles à l'ordre public.

Le cabinet de Gérald Darmanin a confirmé au Figaro que le ministre de l'Intérieur avait saisi la justice « pour dénoncer cette plateforme au titre de l'article 40 de la loi de 1881, qui interdit d'annoncer publiquement la prise en charge financière des amendes ».

L'article indique qu'il est « interdit d'ouvrir ou d'annoncer publiquement des souscriptions ayant pour objet d'indemniser des amendes, frais et dommages-intérêts prononcés par des condamnations judiciaires, des amendes forfaitaires ».

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !