Municipales à Pau : l'UMP investit un nouveau candidat contre François Bayrou | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Municipales à Pau : l'UMP investit un nouveau candidat contre François Bayrou
©

Rivalité

Municipales à Pau : l'UMP investit un nouveau candidat contre François Bayrou

Le parti refuse de faire un quelconque "cadeau" au président du MoDem.

La droite ne compte pas épargner François Bayrou. L'UMP, qui avait investi Nicolas Patriarche pour les municipales paloises avant que celui-ci ne décide de se présenter dans la commune de Lons en remplacement de feu Jean-René Bellocq, a décidé d'investir un autre candidat contre le président du MoDem en la personne d'Eric Saubatte. De nombreux cadres du premier parti d'opposition sont pourtant favorables à une alliance avec François Bayrou, en ne lui imposant aucune concurrence dans sa ville.

C'est notamment le cas d'Alain Juppé. Le maire de Bordeaux bénéficie du soutien du MoDem bordelais et a estimé publiquement qu'il fallait soutenir la candidature de celui qui fut candidat lors des trois dernières élections présidentielles. Un arrangement dont se fiche la direction nationale du parti de droite. "Rien ne peut justifier qu'on lui fasse de cadeau. Et quand bien même on lui trouverait des excuses, nos militants ne le comprendraient pas", estime un membre du comité politique de l'UMP. En cause, l'attitude de François Bayrou durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Eric Saubatte a déjà été opposé à François Bayrou lors des élections législatives de 2012. Le candidat UMP avait devancé le président du MoDem de trois points lors du premier tour puis de quatre points au second. Les deux hommes s'étaient d'ailleurs incliné, la députation revenant à Martine Lignières-Cassou (PS). L'ancien ministre de l'Education nationale n'a toutefois pas encore annoncé sa candidature aux municipales. François Bayrou s'est présenté pour la première fois aux municipales paloises en 1989.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !