Municipales 2014 : le logement, projet le plus coûteux des programmes de Nathalie Kosciusko-Morizet et d'Anne Hidalgo | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Municipales 2014 : le logement, projet le plus coûteux des programmes de Nathalie Kosciusko-Morizet et d'Anne Hidalgo
©

Passées au crible

Municipales 2014 : le logement, projet le plus coûteux des programmes de Nathalie Kosciusko-Morizet et d'Anne Hidalgo

L’Institut Montaigne a chiffré les mesures phares des programmes des deux candidates à la mairie de Paris.

L’Institut Montaigne, en partenariat avec Les Echos et Le Parisien, a analysé le coût réel des promesses de campagne de Nathalie Kosciusko-Morizet et d’Anne Hidalgo, candidates à la mairie de Paris. L’Institut ne s’est pas encore livré à un chiffrage exhaustif des mesures mais il a analysé les plus onéreuses et les plus emblématiques. Les chiffres avancés par les deux candidates sont globalement validés. Certaines promesses apparaissent néanmoins difficiles à chiffrer précisément, à l’instar de la couverture partielle du périphérique pour NKM ou de l’embellissement de six places de Paris côté Hidalgo. Le logement apparaît de loin comme le dossier le plus coûteux.

L’Institut chiffre les dépenses en la matière à 1,6 milliard pour NKM et entre 2,2 et 2,7 milliards pour Anne Hidalgo. Si, dans les deux cas, 10 000 logements par an sont promis, leur nature diffère. La candidate socialiste table sur 6 500 logements sociaux, de différentes catégories. La candidate UMP promet un logement pour les classes moyennes en face d’un logement social nouveau. Cela correspondrait en réalité à une diminution de près de 40 % du montant des subventions consacrées au logement social, ce qui explique la différence de coût final. Toutefois, le projet de NKM investit plus dans l’extension des horaires municipaux (crèches, mairies, piscines, métro, etc.) : 550 millions contre 40 millions côté PS (les extensions d’horaires étant limitées aux musées et bibliothèques).

Par ailleurs, l’idée d’Anne Hildalgo de planter 20 000 arbres reviendrait à pas moins de 47 millions d’euros. De même, l’embellissement proposé de 6 places de Paris pourrait représenter une dépense comprise entre 89 et 169 millions. Autres projets coûteux : les transports et la petite enfance. Le rapport souligne que la place en crèche à Paris est bien plus chère que la moyenne en Ile-de-France : 76 209 euros contre 30 422 euros. 

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !