Municipales 2014 : en 2004, Anne Hidalgo lorgnait sur la mairie de Toulouse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Anne Hidalgo
Anne Hidalgo
©Reuters

Tiens donc

Municipales 2014 : en 2004, Anne Hidalgo lorgnait sur la mairie de Toulouse

Dans une interview à la Dépêche du Midi réalisée en 2004, la candidate socialiste à la mairie de Paris déclarait qu'elle n'était pas contre se présenter aux municipales de 2008 à Toulouse.

Aujourd'hui en plein combat électoral contre Nathalie Kosciusko-Morizet pour succéder à Bertrand Delanoë à la mairie de Paris, Anne Hidalgo n'a pas toujours rêvé de la capitale. Comme le prouve cette interview à la Dépêche du Midi réalisée en 2004, actuellement récupérée par les soutiens de NKM et relayée par Le Lab, il fut un temps où la candidate socialiste n'était pas contre se présenter à Toulouse.

"Il est clair qu'entendre son nom cité à Toulouse est très gratifiant", déclarait-elle alors dans le quotidien régional, avant d’ajouter : "le moment venu, si on me sollicite, je répondrai". Ses propos faisaient référence aux municipales de 2008. "Si on considère que mon profil est intéressant, je serai honorée et flattée, disait-elle encore. Affirmant encore être "engagée à 100%, voire à 200% auprès du maire de Paris", Anne Hidalgo expliquait que "cela ne (l)'empêche pas de (s)'interroger si on (la) sollicite".

Et même si Bertrand Delanoë lui avait assuré la vouloir à ses côtés, Anne Hidalgo expliquait :"J'entends cela et ça me fait plaisir. Mais cela ne m'empêche pas de penser mon avenir politique autrement." Avant d’ajouter, comme un nouvel appel du pied :"Je ne me dis pas qu'il faut que je cherche ailleurs mais je ne m'interdis pas de regarder ailleurs." Il semblerait qu'elle soit finalement résolu à rester à Paris. 

Lu sur Le Lab Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !