Municipales : 24% des Français prêts à voter pour une liste FN | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Un Français sur 4 se dit prêt à voter pour le FN lors des prochaines élections municipales.
Un Français sur 4 se dit prêt à voter pour le FN lors des prochaines élections municipales.
©Reuters

Le vent en poupe

Municipales : 24% des Français prêts à voter pour une liste FN

C'est ce qui ressort d'un sondage LH2 pour le Nouvel Observateur publié ce lundi, au lendemain de l'arrivée en tête du candidat frontiste à l'élection cantonale partielle de Brignoles.

Un Français sur 4 (24%) se dit prêt à voter pour une liste Front national lors des prochaines élections municipales, selon un sondage LH2 pour le Nouvel Observateur publié ce lundiA l'inverse, 69% des sondés déclarent qu'ils ne sont pas prêts à voter pour une liste FN en mars 2014. 57% précisent qu'ils ne feront "certainement pas" ce choix. Le Nouvel Obs souligne que ce score de 24% est sans doute sous-estimé, étant donné "les réticences - certes, de moins en moins importantes - à déclarer l'intention de voter" pour le parti de Marine Le Pen.

Les résultats de ce sondage sont publiés au lendemain du premier tour de l'élection cantonale partielle de Brignoles (Var)Le candidat du Front national, Laurent Lopez, est arrivé largement en tête du scrutin avec 40,4% des voix. Il devance ainsi l'UMP Catherine Delzers (20,8%) et le Parti communiste sortant, soutenu par le PS (14,6%). Ce scrutin est marqué par un fort taux d'abstention : 66,65%.

Sondage réalisé par l'institut LH2 pour Le Nouvel Observateur les 4 et 5 octobre 2013, par téléphone. Echantillon de 964 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus constitué selon la méthode des quotas.

Lu sur Le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !