Mossoul : 100 000 civils seraient retenus comme "boucliers humains" par l'Etat islamique, selon l'ONU | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Mossoul : 100 000 civils seraient retenus comme "boucliers humains" par l'Etat islamique, selon l'ONU
©Reuters

Urgence

Mossoul : 100 000 civils seraient retenus comme "boucliers humains" par l'Etat islamique, selon l'ONU

Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés en Irak assure que les djihadistes ont capturé des civils à l'extérieur de Mossoul et les ont fait venir de force dans la Vieille ville.

Selon le représentant du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés en Irak, Bruno Geddo, plus de 100 000 civils irakiens se trouvent pris au piège par les djihadistes du groupe Etat islamique dans la Vieille ville de Mossoul (nord). 

"Plus de 100.000 civils pourraient être encore retenus dans la vieille ville... Ces civils sont en fait essentiellement retenus comme boucliers humains", a déclaré Bruno Geddo, lors d'une conférence de presse donnée ce vendredi.

>>>> À lire aussi : Chute de Raqqa et Mossoul en vue : quel avenir pour le Calife et ses hommes après la perte de leur Etat (islamique) ?

Le quartier de la vieille ville, situé sur la rive occidentale du Tigre, est essentiellement composé de petites rues très peuplées. Une configuration qui rend presque impossible l'arrivée des blindés, et où l'usage d'armes lourdes risque de mettre en péril la population civile. 

Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés en Irak a également expliqué que les djihadistes ont capturé des civils à l'extérieur de Mossoul et les ont fait venir de force dans la Vieille ville. "Nous savons que l'EI les a pris avec eux" alors qu'ils fuyaient des combats, a précisé le représentant du HCR.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !