Mort de Christophe de Margerie : Gérard Filoche se défend estimant qu'il "n'insulte personne" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Mort de Christophe de Margerie : Gérard Filoche se défend estimant qu'il "n'insulte personne"
©

Décapant

Mort de Christophe de Margerie : Gérard Filoche se défend estimant qu'il "n'insulte personne"

Pour lui, "aucune expression qui mérite de remettre en cause la bienséance" n'a été prononcée.

Gérard Filoche avait qualifié Christophe de Margerie de "suceur de sang" quelques heures après sa mort. Des propos qui ont indigné la classe politique. 72 heures après la disparition du PDG de Total, le membre du bureau du PS a revendiqué jeudi sa liberté de parole. "Je n'insulte personne, je n'ai prononcé aucune expression qui mérite de remettre en cause la bienséance" a-t-il indiqué sur Canal Plus.

"Je ne suis pas ministre, je ne suis pas député. (...) Ma parole est libre pour parler de Total. Le fond du problème, c'est que Total est la plus grande société de notre pays, c'est celle qui pompe le plus d'argent, celle qui paie le moins d'impôt. Le moment pour le dire, c'est quand même quand la succession d'un homme de cette taille se pose. Les accusations ne tiennent pas. J'ai posé des problèmes politiques, c'est de mon ressort en tant que citoyen, en tant que responsable politique" a-t-il expliqué.

"C'est le début du débat de congrès qui commence, de l'offensive de M. Valls pour essayer de prendre la direction du parti. (...) J'espère que mon parti va être à la hauteur et tenir un congrès vite pour que nous tranchions pour une orientation à gauche" a encore indiqué Gérard Filoche. Pour lui, il n'y a donc pas matière à polémique. 

A LIRE AUSSI - Message à Gérard Filoche et à cette gauche qui transpire la haine

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !