Mort de Chloé à Calais : Zbigniew H. mis en examen pour enlèvement, viol et séquestration suivie de mort | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Mort de Chloé à Calais : Zbigniew H. mis en examen pour enlèvement, viol et séquestration suivie de mort
©Reuters

Suite logique

Mort de Chloé à Calais : Zbigniew H. mis en examen pour enlèvement, viol et séquestration suivie de mort

Il avait été interpellé quelques minutes après la découverte du corps dénudé de la petite fille dans un bois, mercredi à 18h00.

La suite de la procédure se poursuit contre Zbigniew H., l'homme qui a avoué avoir violé et tué la petite Chloé à Calais, a été mis en examen ce vendredi pour enlèvement, viol et séquestration suivie de mort. "Le parquet a requis le placement sous mandat de dépôt" de ce Polonais de 38 ans qui devait encore passer devant le juge des libertés et de la détention.

Zbigniew H avait été interpellé quelques minutes après la découverte du corps dénudé de la petite fille dans un bois, mercredi à 18 heures. "Il a raconté aux enquêteurs être arrivé à Calais mercredi matin pour se rendre en Angleterre voir sa soeur, puis s'être garé dans le quartier où vivait Chloé pour boire une bière avant de faire monter la fillette de force dans sa voiture" a confirmé le procureur.

A LIRE AUSSI - Mort de Chloé à Calais : l'homme qui a avoué avait été "qualifié de psychopathe" par un expert

Depuis le début de l'enquête, le passé du Polonais et son profil psychologique ont été au coeur de l'enquête. Ce vendredi matin dans Le Parisien, l'expert qui l'a rencontré en 2009 en vue du procès, a décrit l'homme comme "un psychopathe dangereux, impulsif et imprévisible, avec un manque de regrets et de culpabilité et une forte intolérance à la frustration". "Ce n'est pas par plaisir qu'on expertise quelqu'un comme psychopathe. S'il n'y avait pas de réadaptation possible, c'est que vraiment... la récidive était très probable" avait dit Christian Soenen. 

Le tribunal de Boulogne-sur-Mer avait interdit le Polonais de territoire en 2014. Mais le procureur a affirmé que cette interdiction n'était "pas applicable" au regard des infractions reprochées au délinquant. Seule l'extorsion aggravée et non l'extorsion simple reprochée au suspect était passible d'interdiction, selon un expert.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !