Mort d'un migrant dans l'Eurotunnel : à qui la faute ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Mort d'un migrant dans l'Eurotunnel : à qui la faute ?
©REUTERS/Pascal Rossignol

Le jeu des responsabilités

Mort d'un migrant dans l'Eurotunnel : à qui la faute ?

Un migrant a perdu la vie en essayant de rejoindre clandestinement le Royaume-Uni le 28 juillet dernier. Qui est responsable ?

"C'est une situation humainement épouvantable", déclarait Laurent Fabius au micro de France Info ce jeudi matin concernant la situation des migrants à Calais. Des centaines de milliers de migrants tentent de rejoindre clandestinement le Royaume-Uni par l'Eurotunnel depuis plusieurs mois, allant jusqu'à prendre des risques considérables. L'un d'entre eux à trouver la mort le 28 juillet dernier en tentant sa chance. Mais à qui revient la responsabilité de cette tragédie ? A l'Eurotunnel qui demandait aux Etats français et britannique de lui rembourser plus de 9 millions d'euros, pour compenser ses pertes et ses dépenses en sécurité ? A la France qui ne déploierait pas assez de policiers pour empêcher les migrants de se rendre jusqu'à calais, ou à l'Angleterre qui ne serait pas capable de se protéger elle-même ?

Le gouvernement français accuse l'Eurotunnel

Pour Bernard Cazeneuve, "l'Eurotunnel doit également prendre ses responsabilités". Le ministre de l'Intérieur a accusé le groupe de ne pas fournir assez d'efforts". "Je souhaiterais que vous vous interrogiez davantage sur les moyens humains que vous entendez consacrer à la sécurisation de ce site" a déclaré Bernard Cazeneuve dans un courrier adressé à l'Eurotunnel.

Le groupe assure pourtant avoir intercepté plus de 37 000 migrants depuis le début de l'année et estime que la France et l'Angleterre ont tout autant de responsabilités, sinon plus. "Eurotunnel a alerté depuis plusieurs mois la Commission intergouvernementale du tunnel sous la Manche et les pouvoirs publics de l’explosion du nombre de migrants présents dans le Calaisis, et des conséquences, parfois dramatiques, que cela pourrait avoir" a indiqué le groupe dans un communiqué le 29 juillet dernier.

Le Royaume-Uni rejette la faute sur la police française

Du côté britannique, on rejette davantage la pierre sur la France. Le Premier ministre David Cameron, a ainsi critiqué le rôle des autorités françaises, évoquant des "scènes totalement inacceptables". De même que le ministre de l'Immigration, James Brokenshire, qui pense que la "responsabilité de cette situation revient à la France". De son côté et comme l'a rappelé le Figaro, l'élu travailliste David Hanson a sollicité le gouvernement britannique pour savoir de quelle manière il comptait "faire pression sur les Français pour gérer la situation à Calais".

En France, même son de cloche mais dans le sens inverse. Philippe Mignonet, l'adjoint au maire de Calais, déclarait dans une interview accordée à la BBC, que la question de la sécurité de l'Angleterre, revenait à l'Angleterre. "Nous savons que, en Angleterre, il n'y a par exemple pas de cartes d'identité, pas de contrôle des papiers, ni de contrôles au sein des entreprises pour lutter contre le travail illégal. Si les gens savent qu'ils ne peuvent pas facilement travailler au noir en Angleterre, ils changeront d'avis" a-t-il déclaré.

Face à cet échange de balle, une question persiste : Si ni la France, ni l'Eurotunnel, ni l'Angleterre ne souhaite pas reconnaitre sa responsabilité dans cette situation, comment peut-elle se régler ? 

Lu sur France tv Infos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !