Mondial 2022 au Qatar : Platini au cœur de la corruption ? Un de ses proches dément | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Mondial 2022 au Qatar : Platini au cœur de la corruption ? Un de ses proches dément
©Reuters

Rebondissements en pagaille

Mondial 2022 au Qatar : Platini au cœur de la corruption ? Un de ses proches dément

Le Daily Telegraph affirme ce mardi que le président de l'UEFA a rencontré en secret avant le vote Mohamed Bin Hammam, l'homme fort de la candidature qatarienne.

L'attribution du Mondial 2022 au Qatar est au centre de nouvelles accusations après les révélations du Sunday Times affirmant dimanche qu'un ancien haut responsable qatari aurait versé des pots-de-vin pour s'assurer de soutiens en vue de la candidature de son pays. A huit ans du coup d'envoi de la Coupe du monde dans ce petit Etat du Golfe persique, la polémique n'en finit pas de rebondir sur les modalités d'attribution de la compétition par le comité exécutif de la Fifa, le 2 décembre 2010 à Zurich. Ainsi, ce mardi, le Daily Telegraph implique Michel Platini dans ce scandale supposé de corruption.

Selon le quotidien britannique, le président de l'UEFA a rencontré en privé le Qatarien Mohamed Bin Hammam, alors membre du Comité exécutif de la Fifa et homme fort de la candidature qatarienne. Une réunion étrange selon le journal d'autant plus que selon le Sunday Times, ce même Bin Hammam aurait dépensé plus de cinq millions de dollars pour que les responsables du football mondial votent pour le Qatar. Selon le site internet du Telegraph, le petit-déjeuner entre Platini et Bin Hamman aurait eu lieu un mois avant le vote du comité exécutif de la Fifa, le 2 décembre 2010, à Zurich.

Mais le quotidien britannique va plus loin et mouille Nicolas Sarkozy dans l'histoire. En effet, le Daily Telegraph assure, toujours avant le vote, que le président de l'UEFA s'est rendu à un dîner à l'Elysée à l'invitation de Nicolas Sarkozy, alors président français, en présence de l'émir du Qatar et du Premier ministre de l'Emirat.

"J'affirme catégoriquement que le président Sarkozy ne m'a pas demandé de voter pour que le Qatar soit l'hôte du Mondial-2022, ni avant, ni pendant, ni après cette rencontre", avait insisté il y a quelques semaines le président de l'UEFA dans un entretien au quotidien sportif espagnol As. Face à ces nouvelles accusations, l'entourage de Michel Platini n'a pas tardé à réagir."Tout ça, c'est la parano de Blatter qui a peur que Michel [Platini] se présente contre lui à la présidence de la FIFA", résume-t-on à l'UEFA selon Le Monde. Contacté par le quotidien français, un proche de Michel Platini assure que cette rencontre n'avait "rien de secret" et n'avait "rien à voir" avec le dossier de la candidature du Qatar.

"C'était un simple petit déjeuner dans un hôtel de Zurich en marge d'un comité exécutif de la FIFA", assure cette source. "Lors de ce petit déjeuner, Ben Hammam a demandé à Michel Platini de se présenter contre Blatter à la présidence de la FIFA. Michel a refusé et Ben Hamman lui alors dit qu'il se présenterait lui-même, précise la même source. Blatter sait que Ben Hamman a demandé à Platini de se présenter à ce moment-là".

Le Monde précise enfin qu'à  l'UEFA, "on est d'ailleurs convaincu que les pots de vins distribués par Ben Hammam n'étaient pas destinés à « acheter » le Mondial 2022 comme le laisse entendre l'enquête du Sunday Times, mais à rallier des voix en vue de son élection à la présidence de la FIFA".

 

lu sur le Daily Telegraph

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !