Le monde des affaires moins pessimiste sur la sortie de crise | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le monde des affaires moins pessimiste sur la sortie de crise
©

Pas pire

Le monde des affaires moins pessimiste sur la sortie de crise

Selon un indicateur de The Economist, 2012 est marqué par un léger regain de confiance.

Le moral est morose, mais un peu moins. Selon l’indicateur The Econonomist/Financial Times, les dirigeants du monde économique perçoivent toujours avec un pessimisme notoire l’avenir des affaires, mais ils sont moins nombreux à voir les choses en noir en février 2012 qu’en octobre 2011.

L’indicateur est élaboré par un sondage effectué par The Economist  auprès de 1500 responsable d’entreprises dans le monde. Il mesure notamment l’équilibre entre les dirigeants qui pensent que l’économie mondiale va s’améliorer et ceux qui pensent qu’elle va se dégrader.

De -39% en octobre dernier, cet équilibre est passé à -28% en février, une amélioration sensible même si le rapport reste en faveur des pessimistes( colonne de gauche ci-dessous).  C’est particulièrement le cas en Europe, où l’équilibre était profondément négatif il y a encore cinq mois, et est redescendu à -28% environ. En Amérique du Nord,  l’amélioration est sensible aussi, et l’équilibre approche des -20%. Seuls les décideurs da la région Moyen Orient/Afrique voient les choses plus négativement qu’en octobre.  

Selon The Economist, ce sont notamment les entreprises de technologies qui sont les plus optimistes, alors que 61% des patrons interrogés dans ce secteur comptent engranger des résultats positifs en 2012. Mais à l’inverse, plus de la moitié des dirigeants de télécommunication anticipent des licenciements dans les dix mois à venir.

Cliquez ici pour agrandir le tableau.

Lu sur The Economist

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !