Mis en examen, M’jid El Guerrab devient membre de la commission de la Défense | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Mis en examen, M’jid El Guerrab devient membre de la commission de la Défense
©MARTIN BUREAU / AFP

Défense avec casque

Mis en examen, M’jid El Guerrab devient membre de la commission de la Défense

Mis en examen pour avoir frappé avec son casque un membre du Parti Socialiste dans Paris, le député est devenu membre de la commission de la Défense de l’Assemblée nationale, selon le journal officiel de vendredi.

Mis en examen pour avoir frappé avec son casque un membre du Parti Socialiste dans Paris, M'Jid El Guerrab a annoncé son départ du parti La République en Marche (qui comptait l'exclure, de toute façon), mais n'a pas démissionné de son mandat de député. Alors qu'il avait automatiquement cessé d’être membre de la commission des Finances après son départ du groupe poliique, conformément au règlement de l’Assemblée nationale, il a rapidement trouvé une autre occupation : il est devenu membre de la commission de la Défense de l’Assemblée nationale, selon le journal officiel de vendredi.

Après son altercation avec le socialiste Boris Faure, plusieurs responsables l’ont appelé à démissionner de son mandat de député. "Si j’étais lui, je serais extrêmement mal, je m’en défendrais [devant] la justice et si la justice confirmait les faits tels qu’évoqués, tels qu’ils sont reprochés, je pense que je démissionnerais", a déclaré le porte-parole du gouvernement et secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement, Christophe Castaner.

Son altercation avec Boris Faure a eu lieu le 30 août. Le parlementaire passait dans la rue en scooter quand il a aperçu Boris Faure, et s'est arrêté pour lui parler. Mais la discussion s'est rapidement envenimée, comme le rapportait un témoin à Marianne. "Ils commencent à discuter et au bout de quelques minutes, le député lui assène un coup de casque très violent puis un deuxième. L'autre tombe par terre, en sang. Si les agents de sécurité ne les avaient pas séparés, il se serait acharné. Il avait de la haine dans les yeux". 

Lu dans 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !