Mineurs grévistes de 1948 : 66 ans plus tard, Christiane Taubira va leur rendre justice | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Christiane Taurbira entend également rétablir les distinctions et grades militaires de tous les mineurs qui s'en étaient vu privés du fait de ces grandes grèves
Christiane Taurbira entend également rétablir les distinctions et grades militaires de tous les mineurs qui s'en étaient vu privés du fait de ces grandes grèves
©Reuters

Réparation

Mineurs grévistes de 1948 : 66 ans plus tard, Christiane Taubira va leur rendre justice

La garde des Sceaux compte présenter un amendement reconnaissant le caractère discriminatoire et abusif pour faits de grève subi par ces mineurs. Ce dernier leur permettra de bénéficier d'allocations réparatrices.

Elle veut "réparer l'injustice" faite aux mineurs grévistes de 1948 et 1952. Jeudi 23 octobre, à l'issue de la projection du documentaire "L'honneur des gueules noires", consacré aux derniers survivants de cette histoire, Christiane Taubira a précisé les modalités de l'amendement au projet de loi de finances pour 2015. Le texte reconnaîtra le caractère discriminatoire et abusif du licenciement pour faits de grève subi par ces mineurs. Ainsi donc, 66 ans plus tard, quelques 31 mineurs et ayant droit pourraient bénéficier d'allocations réparatrices. Leur montant sera fixé par l'Agence nationale pour la garantie des droits des mineurs.

La ministre entend également rétablir les distinctions et grades militaires de tous les mineurs qui s'en étaient vu privés du fait de ces grandes grèves. La mémoire de ces évènements doit être préservée, a ajouté la garde des Sceaux qui souhaite que l'histoire des "gueules noires" soit évoquée dans les programmes scolaires et de recherche en histoire et en science humaine.  

A l'automne 1948, plusieurs milliers de mineurs des sites du Nord-Pas-de-Calais s'étaient mis en grève pour protester contre des baisses de salaire. Après deux mois de violentes manifestations, près de 3 000 mineurs avaient été licenciés. Plusieurs centaines d'entre eux avaient même été poursuivis en justice et certain avait écopé de peines de prison ferme. 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !