Michaël Blanc a quitté l'Indonésie après 19 ans de prison pour trafic de drogue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Michaël Blanc a quitté l'Indonésie après 19 ans de prison pour trafic de drogue
©ROMEO GACAD / AFP

Retour au pays

Michaël Blanc a quitté l'Indonésie après 19 ans de prison pour trafic de drogue

Ce Français avait été arrêté en décembre 1999 à Bali avec 3,8 kilos de haschisch. Il a évité la peine de mort de justesse.

L'Indonésie est l'un des pays dont la législation anti-drogue est la plus sévère au monde. Et elle s'applique aussi bien aux locaux qu'aux étrangers. En France, Michaël Blanc est devenu le visage de cette législation : arrêté en décembre 1999, à l'âge de 26 ans, à l'aéroport international de Bali avec 3,8 kilos de haschisch dans des bouteilles de plongée, il aura dû attendre dix-neuf ans pour pouvoir quitter le pays. Il a embarqué ce samedi dans un avion qui s'est envolé de Jakarta à 21h, heure locale. L'homme et sa mère sont attendus en France dimanche.

Depuis 2014, ce cuisinier originaire de Haute-Savoie, âgé aujourd’hui de 45 ans, était sorti de prison mais vivait en liberté conditionnelle à Jakarta. Il avait interdiction de quitter le pays jusqu’à l’expiration de son contrôle judiciaire. "Mon fils est heureux. Et surtout très impatient de partir. L’ultime compte à rebours a commencé", avait déclaré sa mère mercredi, dans une interview au Parisien.

Lors de son arrestation, Michaël Blanc avait affirmé qu'un ami les lui avait confiées les bouteilles d'oxygène pour les transporter. Cet argument n'avait pas convaincu la justice indonésienne, qui l'avait condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. L'homme avait bénéficié d'une grâce présidentielle partielle en 2009 et vu sa peine commuée en 20 ans de prison. 

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !