Melania Trump, "l'immigrée modèle" qui ne l'était pas tant que cela | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Melania Trump, "l'immigrée modèle" qui ne l'était pas tant que cela
©REUTERS/Mike Segar

Oups !

Melania Trump, "l'immigrée modèle" qui ne l'était pas tant que cela

Si son mari Donald se targue de refuser des papiers aux migrants qui tentent de rentrer dans son pays, parfois en toute illégalité, Melania Trump semble elle aussi avoir joué un mauvais tour aux autorités migratoires il y a quelques années...

L'affaire commence dans les années 2000. La mannequin d'origine slovène Melania Knavs vient de rencontrer Donald Trump et leur histoire d'amour en est à ses débuts. A l'époque, la jeune femme est une top-modèle renommée ; des photos d'elle nue pour le magasine français Max datant de 1996 ont d'ailleurs été retrouvées il y a quelques jours, provoquant un nouveau scandale. 

Mais jusqu'ici, rien de litigieux, si ce n'est pour le décorum présidentiel. 

C'est en étudiant la façon dont elle s'était vue attribuer la nationalité américaine que des journalistes ont observé qu'elle avait pu obtenir sa "carte verte" (carte de résident permanent aux Etats-Unis) pour motif de "mariage" en 2001.

Problème : elle ne s'est mariée effectivement qu'en 2005, soit 4 ans après cette obtention de visa. Et autre problème : ce visa a été accordé à Melania grâce à l'aide généreuse de Donald Trump qui lui avait alors offert les services d'un de ses avocats.

Et comme Melania ne s'était pas mariée entre temps - selon ses dires, et rien ne semble indiquer le contraire - on peut imaginer qu'elle a de fait fraudé les services de l'immigration américiane à l'époque. Ce qu'elle a réfuté, alors que ses adversaires se sont empressés de demander des papiers d'immigrés pour la candidate au rôle de première dame à la Maison Blanche. 

Encore un mauvais coup que prend Donald Trump, assailli de tous bords ces derniers temps. 

Lu dans le New York Daily News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !