Eva Joly justifie ses erreurs de campagne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Eva Joly justifie ses erreurs de campagne
©

Ultime discours

Eva Joly justifie ses erreurs de campagne

La candidate Europe Écologie-Les Verts tenait son dernier meeting au Cirque d'hiver de Paris.

Les écologistes français ont tenu mercredi à Paris le dernier meeting de leur candidate Eva Joly. Dans son discours, elle a lancé un avertissement à François Hollande sur la ligne politique du possible futur gouvernement.

"Veut-il rester dans l'Histoire comme le syndic de faillite de l'espoir de la gauche ou comme celui qui aura réussi, par son intelligence et son audace à ouvrir une voie nouvelle basée sur l'écologie et la justice ?", a-t-elle dit.

"Je veux que les choses soient claires : les écologistes feront tout pour qu'une nouvelle majorité remporte cette élection, mais aussi tout pour empêcher cette majorité de retomber dans les ornières du passé, mélange de conformisme, de renoncement et d'absence de volonté qui ont causé tant de déception", a-t-elle dit.

Eva Joly s'est justifiée de sa mauvaise campagne lors du meeting, reconnaissant des erreurs qu'elle a toutefois présentées comme la rançon de ses qualités.

"Mon sens éthique est plus développé que mon sens tactique, je le concède. Mon esprit de révolte est plus vif que mon esprit de discipline, je le confesse. Ma pugnacité au combat est plus forte que ma capacité de soumission", a-t-elle dit.

"Je n'ai donc pas l'habileté de ceux qui ont fait carrière dans les allées du pouvoir. Je n'ai ni leur prudence dans l'expression, ni leur virtuosité dans la manouvre. Pour cela j'ai été moquée, raillée, tournée en ridicule, montrée du doigt, présentée comme une écervelée qui décidément n'était pas à sa place", a-t-elle ajouté.

En forme de défi, elle a repris le slogan favori de l'extrême-droite. "Nous sommes chez nous, nous les Français et les françaises, métèques venus des quatre coins du monde pour faire France (...) les Polaks, les Portos, les Ritals et les Espingouins, nous les Youpins, les Nègres, les Bougnoules, nous les Norvégiennes ménopausées".

Les critiques s'accumulent en interne sur sa campagne, qui a privilégié le thème de la corruption et les attaques contre Nicolas Sarkozy, par rapport aux questions d'environnement.

Dernière expression de ce choix discuté, avant le meeting du Cirque d'Hiver, Eva Joly avait emmené la presse dans un "Sarkozy Tour" en bus afin d'évoquer les soupçons de malversations autour de la campagne du président-candidat en 2007 et les questions posées sur les modalités d'achat d'un logement en 1997.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !