Médicaments : les Français en consomment moins, "seulement" 48 boîtes par an | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le montant total des ventes de médicaments a reculé de - 1,5 % en France en 2012.
Le montant total des ventes de médicaments a reculé de - 1,5 % en France en 2012.
©DR

J'ai la rate qui s'dilate...

Médicaments : les Français en consomment moins, "seulement" 48 boîtes par an

Selon un rapport de l'ANSM dévoilé mercredi, la consommation de médicaments reste importante en France, malgré un recul en valeur et en volume de ce marché en 2012.

Les Français sont toujours de gros consommateurs de médicaments. Mais selon un rapport de l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), en 2012, les ventes de médicaments ont reculé en valeur et en volume. Le montant total des ventes de médicaments en France en 2012 a ainsi diminué de - 1,5%, pour atteindre un montant de 27,2 milliards d'euros, rapporte L'Express.

Toutefois, il faut noter que ce chiffre global recouvre dans le détail des situations différentes : si les ventes aux officines ont baissé de 2,8%, celles aux hôpitaux (22% du total) ont augmenté de 3%. Quant au nombre de boîtes consommées, il s'élève à 48 par an et par personne, soit un total, en léger recul, de 3,1 milliards. 

"Ce recul [du montant total des ventes] s'explique principalement par les baisses de prix appliquées en 2012 et par le développement du marché des génériques", souligne le rapport de l'ANSM. En 2012, un médicament sur 4 acheté était un médicament générique, contre 1 sur 5 l'année précédente. Le marché des génériques représente désormais 14% du marché en valeur (10,9% en 2011) et plus de 26% en quantités (23% en 2011). 

Autre constat de ce rapport : les analgésiques sont les produits les plus vendus, suivis par les psychotropes et les antibiotiques, rapporte de son côté Le Nouvel Observateur.

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !