Martine Aubry tacle Sarkozy et Juppé et prend (encore) ses distances avec le gouvernement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Martine Aubry tire à vue
Martine Aubry tire à vue
©Reuters

C'est dit

Martine Aubry tacle Sarkozy et Juppé et prend (encore) ses distances avec le gouvernement

La maire socialiste de Lille a notamment évoqué, au cours d'un point presse, "les vieilles recettes ringardes" de l'ex-chef de l'Etat.

Alors qu'au début du quinquennat, elle se faisait plutôt rare dans les médias, depuis quelques semaines, Martine Aubry refait parler d'elle. En refusant d'entrer au gouvernement, elle a conservé une liberté de ton. Une liberté qui lui permet de se poser en alternative à gauche. On a encore pu le constater ce vendredi lors de sa conférence de presse de rentrée. En effet, la maire socialiste de Lille s'est notamment dite "extrêmement inquiète" pour les collectivités territoriales dont l'équilibre budgétaire est menacé par la réduction prévue des dotations de l'État dès 2015.

Elle estime, comme le relaie Le Monde, que si le gouvernement ne change pas d'avis sur la question, "nous allons être obligés de toucher à ce que nous avons sacralisé depuis le début de la crise, à savoir le logement et les subventions aux associations". Mais elle va encore plus loin dans la critique. "La politique économique et sociale du gouvernement n'est pas celle qu'il faut faire" assène-t-elle avant de prédire une "catastrophe sociale cet hiver". Pour la maire de Lille, "la situation est grave". Toutefois, elle l'assure :" Mon seul objectif, c'est d'être utile, pas de gêner. Il faut réussir le quinquennat".

Mais au cours de cette conférence de presse, l'ancienne ministre du Travail du gouvernement Jospin a aussi tapé sur la droite et plus particulièrement sur Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. A propos de l'ex-chef de l'Etat, Martine Aubry déclare : "On ne peut pas laisser revenir un homme qui reprend les vieilles recettes de la droite du vingtième siècle" Et d'insister : "Les ringards sont ceux qui vont chercher les recettes du vingtième siècle" avant d'ajouter que l'ancien président "n'a tiré aucune leçon de ses échecs".

Sur le maire de Bordeaux, Martine Aubry avoue être  "déçue". "J'ai été d'autant plus déçue, et je le dis d'autant plus que je pense que c'est un homme d'Etat, par l'intervention d'Alain Juppé hier soir", tout en décrivant l'ancien Premier ministre comme un "républicain", "qui accepte le débat" et qui "n'est pas de mauvaise foi dès qu'on n'est pas d'accord". "Mais j'ai été frappée de voir que sur le plan économique on est resté dans le modèle libéral de pensée économique et qu'il n'y avait pas de propositions neuves dans les autres domaines. Comme si la droite avait arrêté de penser". On l'aura compris, Martine Aubry n'entend plus se taire.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !