Marseille : interpellation de plusieurs policiers de la BAC, une nouvelle affaire de corruption ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Plusieurs policiers ont été arrêtés ce mardi à Marseille.
Plusieurs policiers ont été arrêtés ce mardi à Marseille.
©Reuters

Bœufs-carottes

Marseille : interpellation de plusieurs policiers de la BAC, une nouvelle affaire de corruption ?

La police des polices a interpellé ce mardi plusieurs policiers de la brigade anti-criminalité de Marseille.

Après l'affaire Neyret qui avait frappé la police judiciaire de Lyon, il semblerait que ce soit au tour de la police nationale de Marseille d'être mêlée à une affaire de corruption.  Les enquêteurs de l'Inspection générale de la police nationale auraient agi dans le cadre d'une affaire de "vols et extorsions en bande organisée, violences aggravées, acquisition et transport de stupéfiants". La police des polices aurait ainsi interpellé plusieurs personnes et aurait fouillé les vestiaires de la Direction générale de la police nationale. 


L'enquête avait été ouverte au début de l'année 2012 à la suite de dénonciations internes. Selon une source proche du dossier à Marseille, cette affaire fait suite, notamment, à des dénonciations faites par un policier, quelques semaines après sa révocation en mars. "On est dans le cadre normal d'une enquête, pour voir si les faits allégués se vérifient et si on retrouve des stupéfiants ou de l'argent ayant pu être prélevés au profit de certains collègues de la BAC", a ajouté cette même source.

 

Début septembre, un comité interministériel sur la criminalité à Marseille, présidé par le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, avait réuni une quinzaine de ministres, notamment Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, Christiane Taubira, ministre de la Justice. La deuxième ville de France ayant récemment été le théâtre de multiples règlements de comptes souvent liés au trafic de drogue.

Lu sur l'AFP

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !