Marseille : des milliers de manifestants mobilisés un an après le drame de la rue d'Aubagne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Marseille : des milliers de manifestants mobilisés un an après le drame de la rue d'Aubagne
©CLEMENT MAHOUDEAU / AFP

Hommage aux victimes

Marseille : des milliers de manifestants mobilisés un an après le drame de la rue d'Aubagne

Des milliers de personnes ont défilé samedi 9 novembre dans les rues de Marseille afin de rendre hommage aux victimes décédées lors de l'effondrement d'immeubles situés rue d'Aubagne en novembre 2018.

Ce samedi 9 novembre, une manifestation était organisée dans les rues de Marseille un an après le terrible effondrement d'immeubles. 

Le 5 novembre 2018, deux immeubles de la rue d'Aubagne se sont effondrés. Huit personnes sont mortes lors de cette tragédie. 

Un an après la catastrophe, des milliers d'habitants de Marseille ont donc décidé de manifester ce samedi 9 novembre en soutien aux familles des victimes et pour exprimer leur colère. Une banderole était notamment brandie par des proches des huit personnes tuées dans la catastrophe du 5 novembre 2018. 

La manifestation a rassemblé jusqu'à 20.000 personnes selon les organisateurs, et 6.700 selon la police.

Jean-Luc Mélenchon s’est exprimé avant le départ du cortège : 

"Le pays n'a pas réglé son problème du mal-logement". 

Il a déploré une "incurie locale spectaculaire". 

A l'approche de l'Hôtel de ville de Marseille, l'ambiance de la manifestation s'est tendue, selon l'AFP. Sous les fenêtres du maire sur le Vieux-Port et à la tombée de la nuit, des jets de projectile sur les forces de l'ordre et des charges policières ont été constatés. Selon des informations du Point, une dizaine de personnes ont été interpellées, et un policier a été blessé par un projectile qui l'a atteint à la gorge, d'après une source policière.

 

Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !