Marion Maréchal-Le Pen à Laurent Wauquiez : "On aurait des choses à dire et à faire ensemble" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marion Maréchal-Le Pen à Laurent Wauquiez : "On aurait des choses à dire et à faire ensemble"
©Natalia KOLESNIKOVA / AFP

Main tendue

Marion Maréchal-Le Pen à Laurent Wauquiez : "On aurait des choses à dire et à faire ensemble"

La députée FN du Vaucluse s'est confiée lors d'un long entretien à Valeurs Actuelles.

Au Front national, ses sorties sont presque autant commentées que celle de sa présidente de tante. Alors qu'elle a récemment fait part de sa décision de quitter la vie politique, Marion Maréchal-Le Pen a accordé un long entretien à Valeurs actuelles. Elle tend notamment une main à Laurent Wauquiez, président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes. "Un profil comme Laurent Wauquiez change la donne", estime-t-elle. "Ce qui est sûr, c'est que dans le paysage politique actuel à droite, il fait partie de ceux dont les déclarations laissent penser qu'on aurait des choses à se dire et à faire ensemble, je ne vais pas dire le contraire".

La députée frontiste du Vaucluse  évoque également des "passerelles" qui existent entre la France conservatrice "qui défend le mariage et la filiation", et la France populaire sensible "aux questions liées à l'immigration et au multiculturalisme".  Elle confie apprécier les tenants de la droite hors les murs. "J'écoute ce qu'ils disent, je les lis. Ils sont assez complémentaires. Philippe de Villiers mène un combat culturel, Éric Zemmour un combat journalistique et Patrick Buisson un combat idéologique".

Elle poursuit : "Ils incarnent cette droite intellectuelle à qui la gauche au pouvoir a permis de réémerger, mais c'est trop peu, ils sont trop peu nombreux, et il reste encore beaucoup à faire". Par ailleurs, la petite fille de Jean-Marie Le Pen "n'exclut pas" de mener un combat "parallèle, culturel par exemple", à la politique. Mais intervenir dans le débat public "a priori, n'est pas prévu".

Lu sur le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !