Marion Maréchal entend conserver sa liberté de ton aux côtés d’Eric Zemmour et au cœur de la campagne électorale pour la présidentielle et les législatives | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marion Maréchal et Guillaume Peltier donnent une conférence de presse avant le début d’une réunion de soutien à Eric Zemmour à Saint-Jean-Le-Blanc, près d'Orléans, le 16 mars 2022.
Marion Maréchal et Guillaume Peltier donnent une conférence de presse avant le début d’une réunion de soutien à Eric Zemmour à Saint-Jean-Le-Blanc, près d'Orléans, le 16 mars 2022.
©GUILLAUME SOUVANT / AFP

Reconquête

Marion Maréchal entend conserver sa liberté de ton aux côtés d’Eric Zemmour et au cœur de la campagne électorale pour la présidentielle et les législatives

Lors de récentes interviews, certaines des déclarations de Marine Le Pen ont révélé des désaccords sur des mesures du programme du candidat de Reconquête. La nièce de Marine Le Pen, engagée dans la campagne d’Eric Zemmour, multiplie les passages dans les médias et les meetings pour convaincre les électeurs pour le scrutin d'avril prochain et pour les législatives.

Après Guillaume Peltier et Gilbert Collard, la campagne d’Eric Zemmour a franchi un nouveau cap avec le récent ralliement de Marion Maréchal. Lors de son premier meeting de soutien à Eric Zemmour sans l’intéressé, tenu à Saint-Jean-le-Blanc dans le Loiret ce mercredi 16 mars, Marion Maréchal a adressé un message à la presse, selon des informations du Parisien :

« Je suis venue ici en alliée, pas en ralliée ».

Marion Maréchal entend bien donc conserver sa « liberté de ton, de parole, d’action politique » :

« J’y ai pris goût après cinq ans dans le privé. Mon naturel n’est pas de réciter des éléments de langage », avait-elle confié au Parisien en janvier.

Marion Maréchal a notamment exprimé ses doutes sur la proposition d’Eric Zemmour sur l’interdiction des prénoms d’origine étrangère pour les futures naissances :

« Ce n’est pas à l’Etat d’imposer dans l’intimité des gens quels doivent être les prénoms d’untel ou untel », avait-elle indiqué.

La nièce de Marine Le Pen a aussi tenu à clarifier sa position sur l’islam et elle se démarque là aussi d’Eric Zemmour :

« Dire que l’islam n’a rien à voir avec l’islamisme est une erreur. Dire que les deux se confondent absolument est évidemment une erreur aussi (…) Je ne partage pas cette formulation ».

L’entourage d’Eric Zemmour, cité par Le Parisien, se félicite de cette liberté de ton :

« On trouve ça très bien. Sur un certain nombre de sujets, elle peut avoir des positions différentes. Il n’y a pas qu’une seule ligne ».

Cette situation et les présences de Marion Maréchal et d’Eric Zemmour dans les médias dans le cadre de la campagne électorale permettent au mouvement Reconquête d’afficher le contraste avec le Rassemblement National où l’expression de toute nuance serait réprimandée. 

Marion Maréchal a pour l’instant refusé de prendre sa carte à Reconquête ou d’intégrer la direction, contrairement à Nicolas Bay ou Guillaume Peltier.

Selon des informations du Parisien, avant d’officialiser son soutien à Eric Zemmour, Marion Maréchal a tenu à obtenir des garanties pour qu’une cinquantaine de proches obtiennent des investitures dans le cadre des élections législatives.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !