Marine Le Pen souhaite que la France donne l'asile à Julian Assange | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Dans un entretien accordé à Itélé, le fondateur de Wikileaks avait déclaré : "François Hollande est une escroquerie, comme de nombreux politiciens".
Dans un entretien accordé à Itélé, le fondateur de Wikileaks avait déclaré : "François Hollande est une escroquerie, comme de nombreux politiciens".
©Reuters

Requête

Marine Le Pen souhaite que la France donne l'asile à Julian Assange

"On comprend pourquoi François Hollande, mis en cause comme son prédécesseur, a refusé l'asile politique à Julian Assange", estime la présidente du Front national.

Dans un billet publié mercredi 1er juin sur son blog, la président du Front national a demandé une nouvelle fois à la France de donner l'asile au fondateur de Wikileaks, Julian Assange. "Dans une interview diffusée hier, Julian Assange multiplie les analyses lucides sur les raisons de nos faiblesses stratégiques, en lien notamment avec notre soumission à l'Union européenne, et donc les Etats-Unis", écrit Marine Le Pen. 

"On comprend pourquoi François Hollande, mis en cause comme son prédécesseur, a refusé l'asile politique à Julian Assange", ajoute-t-elle. 

Dans un entretien accordé à Itélé, le fondateur de Wikileaks avait notamment déclaré : "François Hollande est une escroquerie, comme de nombreux politiciens (…) Cela fait partie de son métier malheureusement (…) J'ai révélé comment les trois derniers présidents français faisaient l'objet d'écoutes de la part des Etats-Unis. On aurait pu penser que le président allait aider les lanceurs d'alerte. Mais l'Élysée ne voulait pas heurter les Etats-Unis".

>>>> À lire aussi : Pourquoi nous avons créé un monde où il faut se résoudre à ce que Julian Assange soit plus fort que la raison d’Etat

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !