Marine Le Pen affirme qu'elle aurait pu éviter les attentats en France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marine Le Pen affirme qu'elle aurait pu éviter les attentats en France
©

Promesse électorale

Marine Le Pen affirme qu'elle aurait pu éviter les attentats en France

Sur BFMTV, la présidente du Front national est revenue sur une petite phrase qui a provoqué la polémique, lors de son dernier meeting.

"Avec moi, il n'y aurait pas eu de Mohammed Merah, Français grâce au droit du sol, il n'y aurait pas eu les attentats du Bataclan et Stade de France." La phrase, prononcée par Marine Le Pen, lundi au Zénith, a provoqué un tollé dans le monde politique.

Interrogée sur le sujet, la présidente du FN persiste. "Les mesures que je veux mettre en œuvre n'auraient pas permis à ces personnes soit d'être sur notre territoire, soit d'être en liberté" assure-t-elle sur BFMTV. "Je souhaite que les fichés S étrangers soient immédiatement expulsés de notre pays, or c'était le cas par exemple de l'assassin, épouvantable de Nice, qui était un étranger Tunisien." Problème, le terroriste n'était justement pas fiché S. "Il avait été condamné. Tous les étrangers qui sont fichés S, ou qui sont condamnés, quel que soit le délit, doivent rentrer chez eux" a-t-elle alors plaidé.

"Je rappelle mes propositions, les Français doivent les entendre. Tout étranger fiché S doit être expulsé, tout étranger condamné à un délit ou à un crime doit être expulsé de notre territoire. Nous n'avons aucune raison de garder sur notre territoire des gens qui viennent, et qui commettent des crimes ou des délits… Tous les binationaux fichés S doivent faire l'objet d'une procédure, d'une condamnation à la déchéance de nationalité et d'une l'expulsion" a-t-elle résumé.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !