Marine Le Pen : "Le FN est devenu le TOC de la classe politique française"<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marine Le Pen
Marine Le Pen
©Reuters

Remontée

Sur iTélé ce mercredi matin, elle a également critiqué François Hollande et ses déclarations sur le FN dans le Parisien du jour.

"Il faut arracher les électeurs au FN". La petite phrase de François Hollande ce mercredi matin dans le Parisien a fait bondir Marine Le Pen. La présidente du FN n'a pas du tout apprécié les propos du président de la République et lui a répondu sur iTélé. "Lorsqu'on est président de la République, on ne doit pas être un chef de parti" a affirmé la patronne du FN.

"Quand on est président de la République, on doit arracher les Français à la misère, au chômage, à l'insécurité, au danger de l'islamisme fondamentaliste et on ne doit pas être un chef de parti" a-t-elle ajouté. Puis Marine Le Pen estime que tous les partis en veulent au FN. "Le FN est devenu le TOC de la classe politique française. C'est le trouble obsessionnel compulsif. Dès qu'on leur tend un micro, ils n'ont aucune proposition si ce n'est lutter contre le Front national. C'est le programme commun de l'UMPS" a-t-elle expliqué dénonçant "une surenchère dans la violence des mots qui sont utilisés pour parler des électeurs du Front national".

"Lorsque je serai présidente de la République, je serai la présidente de tous les Français et je ne pointerai pas du doigt les uns ou les autres au motif qu'ils votent mal. Les arracher pour les convaincre, on a l'impression qu'on va les mettre dans des camps de rééducation, de redressement, de déradicalisation peut-être dans l'esprit du président de la République. Tout cela me paraît fort inquiétant et fort éloigné des leçons de morale républicaine qu'il ne cesse pourtant de donner à longueur de temps" a conclu Marine Le Pen qui tranche : "on est dans la caricature grotesque".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !