Marie-France Pisier : alcool et médicaments | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
La mort de Marie-France Pisier devient de plus en plus mystérieuse.
La mort de Marie-France Pisier devient de plus en plus mystérieuse.
©

Mystère

Marie-France Pisier : alcool et médicaments

Des analyses toxicologiques révèlent la présence d'alcool, d'antalgiques et d'un anti-dépresseur.

Mise à jour :

Les révélations contradictoires se multiplient autour de la mort de Marie-France Pisier. De nouvelles sources citées par l'AFP expliquent que de l'alcool, et des traces d'antalgique et d'anti-dépresseur ont été retrouvés dans l'organisme de l'actrice. 

Si peu d'eau a été retrouvée dans ses poumons, comme le révélait France Soir ce matin, la thèse de la noyade ne serait pas pour autant totalement exclue, comme l'explique le procureur-adjoint de Toulon : "15 à 20 % des noyades sont des noyades dites blanches, c'est-à-dire par un blocage glottique" (sans avaler d'eau).

Le 28/03 à 12h :

La mort de Marie-France Pisier devient de plus en plus mystérieuse. Retrouvée morte dans sa piscine dans la nuit de samedi à dimanche à Saint-Cyr-sur-Mer (Var), l'autopsie de l'actrice semble exclure la noyade, d'après France Soir. Ses poumons ne contenaient pas d'eau. Les scénarios de la mort par hydrocution ou d'une crise cardiaque sont toujours envisagés. Les premières analyses toxicologiques n'ont pas mis en évidence la présence d'alcool ou d'autres substances dans son organisme.

La thèse du suicide semble écartée par les enquêteurs, les proches de l'actrice ayant confirmé qu'elle se portait très bien et enchaînait les projets. S'il ne s'agit ni d'un suicide, ni d'un crime, il reste encore à expliquer pourquoi la tête et les épaules de Marie-France Pisier étaient coincées sous une lourde chaise en fer forgé.

Lu sur France Soir

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !