Mariage pour tous : Xavier Bertrand demande la "réécriture" ou l'"abrogation" de la loi Taubira | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Mariage pour tous : Xavier Bertrand demande la "réécriture" ou l'"abrogation" de la loi Taubira
Mariage pour tous : Xavier Bertrand demande la "réécriture" ou l'"abrogation" de la loi Taubira
©Reuters

Fervent opposant

Mariage pour tous : Xavier Bertrand demande la "réécriture" ou l'"abrogation" de la loi Taubira

Dans un entretien à Valeurs actuelles à paraître jeudi, le député UMP se dit tout de même "favorable à l'union des couples homosexuels".

Le mariage pour tous est de nouveau au cœur de l'actualité. Alors que les opposants à la loi Taubira ont lancé un appel à la manifestation pour ce dimanche, les déclarations ambiguës de Nicolas Sarkozy lors de son intervention télévisée ont relancé le débat. Force est de constater que l'ancien président n'a pas encore tranché sur ce point – une absence de prise de position qui a laissé place à une multitude de réactions. Dans un entretien à Valeurs actuelles à paraître ce jeudi, Xavier Bertrand se montre pour sa part moins hésitant sur la question. Le candidat déclaré aux primaires UMP en vue de l'élection présidentielle de 2017 prône la "réécriture" ou "l'abrogation" de la loi Taubira ouvrant le mariage aux couples de même sexe.

"Je n'ai plus peur des mots, déclare-t-il en substance. Réécriture, abrogation, c'est la même chose. S'il faut dire abrogation, ce sera abrogation. Personnellement, je regrette que nous n'ayons pas tenu nos engagements de 2007 quand nous avions dit que nous ferions évoluer le Pacs". Pour autant, dans les colonnes de l'hebdomadaire, le député-maire de Saint-Quentin (Aisne) l'assure : "l'union des couples homosexuels, j'y suis favorable". Pour autant, Xavier Bertrand veut y apposer quelques limites : "Je ne me résous pas à voir les règles de la filiation bouleversées à ce point. Je suis contre l'adoption, la PMA et bien sûr la GPA, mais je précise aussitôt qu'il ne s'agit pas de revenir à la situation antérieure ni de démarier les personnes concernées ou de désadopter les enfants adoptés entre la promulgation de la loi Taubira et son abrogation".

Et de lâcher : "Si on part du principe que ce que la gauche a voté correspond au sens de l'histoire et qu'on n'y peut rien, alors, j'arrête de faire de la politique !". Plus d'un an après la célébration du premier mariage homosexuel en France, le sujet continue de faire débat...

Lu sur Valeurs Actuelles

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !