Manuel Valls condamne l'incendie du centre des impôts de Morlaix et promet des poursuites | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Manuel Valls condamne l'incendie du centre des impôts de Morlaix et promet des poursuites
©

Ca chauffe

Manuel Valls condamne l'incendie du centre des impôts de Morlaix et promet des poursuites

Une centaine d'agriculteurs ont mis le feu cette nuit au centre des impôts et à la Mutualité Sociale Agricole de la ville bretonne pour protester contre les contraintes fiscales.

Un ras-le-bol fiscal. C'est ce que des légumiers en colère ont voulu exprimer ce vendredi soir en saccageant le bâtiment de la Mutualité Sociale Agricole et du centre des impôts  de Morlaix. A l'aide d'une centaine de tracteurs et de remorques, ils y ont mis le feu après avoir déversé devant le bâtiment une partie de leur cargaison de pommes de terre et d'artichauts. Une action qui avait été annoncée quelques heures auparavant par le président de la société d'intérêt collectif agricole, Jean-François Jacob.

Dans un communiqué, le Premier ministre a condamné "énergiquement" cet acte. Il y dénonce "les saccages et destructions par incendie cette nuit à Morlaix de deux bâtiments affectés au service public". "Il est particulièrement choquant que les sapeurs-pompiers aient été empêchés d'accomplir leur mission", a-t-il poursuivi. 

"Alors que les pouvoirs publics ont déjà pris des mesures pour soutenir les filières agricoles, rien ne justifie le recours à des méthodes violentes, qui ne résolvent rien et qui pèsent en premier lieu sur les contribuables et les assurés sociaux", souligne Manuel Valls, avant de conclure : "seule la poursuite du dialogue engagé par [le ministre de l'Agriculture] Stéphane Le Foll avec les responsables agricoles nationaux et locaux permettra de répondre aux difficultés que rencontrent les producteurs". 

Lu sur 20 minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !