Manuel Valls : "l'Etat doit condamner avec force les actes ou mots antisémites" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Manuel Valls : "l'Etat doit condamner avec force les actes ou mots antisémites"
©

Analyse

Manuel Valls : "l'Etat doit condamner avec force les actes ou mots antisémites"

Sur RTL ce jeudi matin, le Premier ministre est longuement revenu sur les différentes manifestations pro-palestiniennes qui se sont tenues en France ces derniers jours.

La manifestation pro-palestinienne de mercredi et celles à venir ?

"Elle s'est déroulée dans le calme grâce à un dispositif policier de grande ampleur. Il y avait 1150 policiers. Il y a eu des interpellations en marge de la soirée. Des individus ont eu des actes ou des mots antisémites. Ces mots doivent être condamées, c'est inadmissible, c'est intolérable. L'Etat doit prendre des sanctions fortes contre ces individus".

"Nous verrons si celle de samedi sera autorisée, ce n'est pas sûr. On juge au cas par cas. Manifester est un droit mais il faut respecter la loi. Il y a beaucoup de raison de manifester mais il faut le faire dans le calme. Si celle de samedi n'est pas cadrée, elle sera alors interdite, le préfet va juger. (...) Ce sont les violences antisémites du dimanche 13 juillet qui ont provoqué cette interdiction et non l'inverse".

La position de la France dans le conflit israélo-palestinien ?

"Le camp de la France est celui de la paix. Cela a toujours été le cas. Laurent Fabius s'est rendu dans la région. Nous tenons partout le même discours et nous demandons un cessez-le-feu des deux côtés. Il faut des négociations. La ligne de la France est équilibrée. Il faut imposer la paix. (...) Je suis indigné face à ces morts palestiniens mais je suis aussi conscient des responsabilités du Hamas".

Une baisse d'impôts et la situation de la France ?

"Nous allons préciser ces annonces de baisses d'impôts mais déjà à l'automne prochain, il y aura une baisse significative. Nous allons confirmer cette baisse pour les mêmes. Nous préparons d'autres baisses. Nous avons un message volontariste à diffuser. Il faut aller de l'avant. Nous aidons les entreprises, nous baissons nos déficits, nous aidons aussi les ménages et nous soutenons la compétitivité donc il y a un mouvement. Je le porte. (...) Le cap doit être maintenu. Les 50 milliards vont se mettre en oeuvre pour soutenir notre économie. Mais l'Europe doit aussi agir. Elle doit accompagner la politique des gouvernements. Et l'euro est sans doute trop fort. Il faut agir. La France a beaucoup d'atouts, il faut redonner la confiance au pays". 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !