Manuel Valls : de moins en moins populaire à gauche, de plus en plus à droite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Manuel Valls voit sa cote d'amour augmenter auprès des sympathisants de droite
Manuel Valls voit sa cote d'amour augmenter auprès des sympathisants de droite
©Reuters

Yo-yo

Manuel Valls : de moins en moins populaire à gauche, de plus en plus à droite

Le ministre de l'Intérieur a perdu 20 points en cinq mois chez les sympathisants socialistes.

Manuel Valls est LE ministre de François Hollande. Le ministre de l'Intérieur est partout. Au four et au moulin. Sur le terrain et dans les magazines people, aussi. Visiblement cela produit un effet sur la cote de popularité de l'ancien maire d'Evry que l'on compare volontiers à Nicolas Sarkozy. La preuve avec un nouveau baromètre Ipsos paru ce jeudi dans le Figaro.fr. 

Si l'on constate qu'il est toujours le préféré des ministres du gouvernement Ayrault avec 56% d'opinions positives, on voit que sa cote d'amour ne cesse de fondre auprès des sympathisants socialistes. En effet, crédité de 77% d'opinions positives au mois de mai dernier, Manuel Valls n'est plus apprécié que par 57% de ces mêmes sympathisants en octobre.

Mais ce qui frappe, c'est que le ministre de l'Intérieur est encore plus aimé à droite. Avec 70% d'opinions favorables chez les sympathisants de droite, il fait afficher une cote record pour un ministre socialiste. Il est donc désormais plus populaire à droite qu'à gauche. Un sacré paradoxe chez celui qui se défendait encore ce jeudi d'être "de gauche". Réellement. La tendance devrait encore se renforcer avec l'affaire Leonarda. Lâché par de nombreux ministres et députés de gauche, il a vu de nombreuses personnalités de droite, voler à son secours. Un comble.

Lu sur Le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !