Mali: un otage néerlandais libéré par l'armée française | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Mali: un otage néerlandais libéré par l'armée française
©Reuters

Bonne nouvelle

Mali: un otage néerlandais libéré par l'armée française

Sjaak Rijke avait été kidnappé à Tombouctou en novembre 2011. "Il est sain et sauf", a déclaré le ministère de la Défense.

Les forces spéciales françaises ont libéré un otage néerlandais ce lundi matin dans le nord du Mali, a annoncé le ministère de la Défense dans un communiqué. Plusieurs individus auraient également été capturés lors de cette opération.

"Sjaak Rijke a été évacué et mis en sécurité à Tessalit, sur la base temporaire avancée de l'opération Barkhane. Il est sain et sauf" précise le ministère. "Sa libération vient rappeler la détermination sans faille de la France à lutter contre les groupes terroristes armés dans la région du Sahel dans le cadre de l'opération Barkhane", conlut le ministère de la Défense.

Jean-Yves Le Drian a adressé "ses félicitations aux militaires français qui ont permis le succès de cette nouvelle opération".

Sjaak Rijke avait été enlevé à Tombouctou en novembre 2011, lorsqu'un groupe d'hommes armés avait fait irruption sur la terrasse d'un hôtel de la ville malienne, tuant un Allemand et kidnappant le Néerlandais, ainsi qu'un Sud-Africain, Stephen Malcolm McGown, et un Suédois, Johan Gustafson. Ces deux derniers sont toujours aux mains de leurs ravisseurs.

Sjaak Rijke était apparu sur une vidéo d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) diffusée en novembre dernier. Il était accompagné sur ce film de Serge Lazarevic, otage français qui avait été libéré peu après, en échange de la libération de quatre jihadistes emprisonnés au Mali.

3.000 militaires français sont aujourd'hui engagés dans l'opération Barkhane, qui se concentre sur cinq pays (Mauritanie, Mali, Niger, Tchad, Burkina Faso) contre les combattants islamistes opérant sur la bande sahélo-saharienne.

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !