Mali : l'appel à l'aide des deux otages français | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Mali : l'appel à l'aide des deux otages français
©

Vidéo

Mali : l'appel à l'aide des deux otages français

Dans une vidéo tournée fin février, les deux otages français enlevés par Al-Qaïda au Maghreb islamique en novembre 2011, lancent un cri de détresse aux autorités françaises.

La vidéo tournée le 22 février dernier montre Philippe Verdon et Serge Lazarevic, les deux géologues Français enlevés au Mali par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) en novembre dernier, assis sur le sable, devant une tente, le visage découvert.

Envoyée initialement aux autorités du Burkina Faso, la vidéo a été transmise au gouvernement français. Un journaliste de l'AFP en poste à Ouagadougou a pu la visionner samedi.

Philippe Verdon, visiblement affaibli, indique dans la vidéo être "ici dans le désert avec Aqmi dans des conditions extrêmement difficiles, notamment pour des raisons de santé", et demande au président Nicolas Sarkozy de "de faire tout ce qui est en sa possibilité pour essayer de dénouer cette situation".

"Je demande à la France, au président Sarkozy, aux associations françaises, internationales et au peuple français, s'ils peuvent nous aider. Toute aide est la bienvenue, Aqmi est ouvert à la négociation", déclare de son côté Serge Lazarevic.

Pascal Lupart, le président du comité de soutien des deux otages, a indiqué qu'il souhaitait obtenir une preuve de vie plus récente que cette vidéo, qui date de deux mois et espérait "que le prochain président français, s'il venait à changer, aura[it] la volonté de considérer ce dossier comme prioritaire".

Outre Philippe Verdon et Serge Lazarevic, quatre autres otages français sont retenus par l'Aqmi. Il s'agit de collaborateurs du groupe nucléaire français Areva et de son sous-traitant Satom, capturés au Niger en noembre 2010.

Lu sur Ouest France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !