Mali : l'Assemblée nationale autorise la prolongation de l'opération militaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Mali : l'Assemblée nationale autorise la prolongation de l'opération militaire
©

Et ça continue encore et encore...

Mali : l'Assemblée nationale autorise la prolongation de l'opération militaire

Les députés se sont prononcés par 342 voix en faveur de la prolongation, avec 0 voix contre, seuls les élus du Front de gauche ayant choisi de s'abstenir.

L'opération militaire française au Mali peut continuer. L'Assemblée nationale en a décidé ainsi ce lundi. En effet, le palais Bourbon a autorisé le gouvernement à prolonger l'opération militaire française au Mali, entamée le 11 janvier pour chasser les groupes islamistes armés du nord du pays. Les députés se sont prononcés par 342 voix en faveur de la prolongation, avec 0 voix contre, seuls les élus du Front de gauche ayant choisi de s'abstenir. Le Sénat devait se prononcer à son tour dans la soirée.

L'opération Serval est une "réussite politique", selon le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, "parce que la décision du président François Hollande d'engager la France a profondément changé la donne du combat contre les groupes terroristes", a déclaré le chef du gouvernement devant l'Assemblée nationale. Une "réussite militaire" également, a-t-il souligné, en rendant hommage au courage et au professionnalisme des soldats français. Le Parlement était appelé à se prononcer sur la suite de l'opération en application de l'article 35 de la Constitution, qui prévoit que toute intervention militaire extérieure est soumise au vote des parlementaires au-delà d'une durée de quatre mois.

Après le Premier ministre, les principaux orateurs se sont félicités du consensus politique qui s'est fait dès le début sur l'intervention au Mali. Lancée dans l'urgence le 11 janvier, l'opération a permis de démanteler les réseaux jihadistes qui contrôlaient le nord du pays. Plus de 500 militaires français, sur un total de près de 4 500, ont déjà été désengagés. Il y a à ce jour 3 850 soldats français au Mali et leur nombre doit être ramené à 2 000 en juillet, a précisé le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Au-delà, un millier d'hommes devraient rester au Mali pour "lutter contre le terrorisme" en soutien d'une force de l'ONU.

Le Conseil de sécurité de l'ONU devrait en effet adopter dans les prochains jours une résolution permettant la transformation de la force africaine au Mali, la Misma, en mission de stabilisation de l'ONU, qui pourra alors prendre le relais des forces françaises. "Nous devrions avoir mercredi ou jeudi à l'ONU une adoption à l'unanimité" d'une résolution française en ce sens, s'est félicité le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius. "Autre rendez-vous majeur" pour le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, il est selon lui essentiel qu'une élection présidentielle se tienne en juillet au Mali pour permettre au pays de se doter d'autorités "à la légitimité renouvelée".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !