Mali : François Hollande va atterrir à Bamako samedi matin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le président de la République devrait visiter Bamako et Tombouctou
Le président de la République devrait visiter Bamako et Tombouctou
©

Visite

Mali : François Hollande va atterrir à Bamako samedi matin

Le président de la République sera accompagné par trois de ses ministres.

Trois semaines jour pour jour après le début de l’intervention française, François Hollande est attendu au Mali samedi 2 février au matin, selon des informations de Libérationet du Figaro,  confirmées par l’Elysée dans la matinée de vendredi.

Le président de la République, chef des Armées, sera accompagné du ministre des Affaires Etrangères, Laurent Fabius, du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian et du ministre chargé du Développement, Pascal Canfin. L'Élysée avait dépêché des "précurseurs" à Bamako pour étudier les conditions d'une visite sur place du président français. Ces officiels sont chargés de passer en revue les conditions de sécurité et d'organiser les rendez-vous politiques avec les autorités du pays.

Le président devrait prendre l'avion dans la soirée pour atterrir samedi matin à Bamako et rencontrer le président malien par intérim, Dioncounda Traoré. "Il a ensuite prévu de se rendre à Tombouctou, récemment libéré par les forces maliennes et françaises", selon Libération.

4.600 soldats français - dont 3.500 sur le sol malien - sont engagés dans l'opération lancée le 11 janvier et qui a permis notamment la reprise des villes de Gao et Tombouctou. Le gouvernement français estime que l'intervention a "réussi" mais une nouvelle phase s'ouvre avec la recherche de djihadistes qui ont opéré un repli tactique dans les zones désertiques.

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !