Lycées du Bas-Rhin : 750 policiers déployés suite à la menace d'une tuerie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Des centaines de policiers mobilisés pour parer à une menace de massacre dans un lycée du Bas-Rhin.
Des centaines de policiers mobilisés pour parer à une menace de massacre dans un lycée du Bas-Rhin.
©Reuters

Alerte

Lycées du Bas-Rhin : 750 policiers déployés suite à la menace d'une tuerie

Pour retrouver l’auteur des menaces postées sur un forum internet, la police du Bas-Rhin a lancé un appel à témoins et diffusé le portrait du suspect.

Un lycée du Bas-Rhin menacé, des centaines de policiers mobilisés. Suite à la publication par un internaute d’un message sur le forum de jeuxvideo.com annonçant son intention de commettre une tuerie dans un lycée avec une arme à feu, un appel à témoins a été lancé par la justice qui diffuse le cliché du suspect.

Un numéro vert, le 03.90.23.13.05, a par ailleurs été mis en place pour aider les enquêteurs à l’identifier. Le préfet d’Alsace Stéphane Bouillon a par ailleurs indiqué que suite à ces menaces de massacre, plus de 750 policiers et gendarmes ont été déployés ce vendredi pour sécuriser 59 lycées du Bas-Rhin. Le procureur de Strasbourg Michel Senthille a par ailleurs déclaré qu’"un dispositif important a été mis en place pour identifier l'auteur de la menace et parer au passage à l'acte, auto ou hétéro-agressif" qui a précisé que si l’affaire s’avérait être un canular, l’auteur encourait une peine de prison de deux ans ainsi que 30 000 euros d’amende. Le procureur a ajouté qu’il s’agirait d’un canular "de très mauvais goût".

Toute l’histoire commence quand un adolescent signale à sa mère le fameux message repéré sur un forum internet. La maman du jeune homme prévient alors le commissariat de Versailles.

Le quotidien de presse régionale Les Dernières nouvelles d’Alsace indique par ailleurs que le message aurait été publié d’un cybercafé de la ville de Strasbourg. Dans son message intitulé "Tout s'arrête bientôt" et publié dans la soirée de mardi, le suspect écrit notamment : "J'habite dans une certaine ville, où se trouve un certain lycée, et vendredi, je laisse ma trace dans l'histoire. La vie de beaucoup de gens, dont la mienne, finira ce jour-là".

Lu sur TF1 News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !