Lutte contre le terrorisme : les eurodéputés adoptent le PNR, registre des passagers aériens | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Lutte contre le terrorisme : les eurodéputés adoptent le PNR, registre des passagers aériens
©wikipédia

Surveillance accrue

Lutte contre le terrorisme : les eurodéputés adoptent le PNR, registre des passagers aériens

Les Etats membres ont désormais deux ans pour transposer la directive dans leurs législations nationales.

Un pas en avant…après cinq ans de débat. Les eurodéputés ont adopté jeudi le registre européen des données des passagers aériens, dit PNR. Ce nouvel outil est censé permettre à l’UE de mieux lutter contre le terrorisme. Le PNR va forcer es transporteurs aériens à communiquer des données sur leurs passagers (dates de voyages, itinéraires) ou coordonnées – aux Etats européens concernés par un vol depuis ou vers un pays tiers. Les pays de l'UE pourront ensuite élargir la méthode aux vols intra-européens. 

La directive, mise sur la table en 2011 par la Commission européenne, a été votée à une large majorité (461 voix pour, 179 contre, 9 abstentions) par le Parlement européen, réuni en séance plénière à Strasbourg. L'objectif est de permettre de détecter des individus qui n'ont pas été soupçonnés de terrorisme par le passé, mais dont l'analyse des données suggère qu'ils pourraient être impliqués dans de tels actes.

"Les atroces attaques terroristes à Paris le 13 novembre l’an dernier et à Bruxelles le 22 mars ont montré une fois de plus que l’Europe devait amplifier sa réponse commune pour combattre le terrorisme et le crime organisé", a commenté son vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans. Les Etats membres ont désormais deux ans pour la transposer dans leurs législations nationales.

Lu sur le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !